Bébé, Télétravail & Confinement


(Photo non contractuelle)

Bébé, Télétravail & Confinement

Une histoire qu’elle est presque pas fausse…

 

7h mon enfant hurle / babille / pleure (ça dépend de pleins de paramètres, dont la majorité est du domaine gastrique).

Je regarde l’heure d’un œil endormi. J’ouvre l’œil, je regarde de nouveau l’heure mais cette fois-ci d’un œil distrait. Je me dis qu’il va se rendormir.

 

7h20 je me lève (il ne s’est pas rendormi).

 

7h30 je change la couche (pleine) en faisant le moins de bruit possible (même si je ne peux éviter quelques flatulences de joie du petit truc qui gigote et me sert de fils) car maman dort.

 

7h45 je prépare le biberon, nourris le chat, change son eau (et évalue à l’odeur le nombre de jours avant qu’il ne me faille changer sa putain de caisse également).

 

8h Je nourris bébé (que dis-je : l’ogre).

 

8h15 Je me dis que ce serait pas mal vu que je suis censé bosser d’aller chercher mon téléphone portable qui est resté près du lit, surtout que je me demande si j’ai bien enlevé l’ala… Je n’ai pas enlevé l’alarme, maman gueule (et ne dort plus).

 

8h30 Bébé est déjà au taquet. Il s’est pris 2 coins de table, coincé 3 fois les doigts dans une porte, foutu tous les DVD par terre, a essayé d’arracher la queue du chat, avalé deux ou trois trucs non identifiés avant de les recracher (ça y est, ils sont identifiés). Le dernier coin de table lui a fait mal. Je lui fais un bisou magique (ça marche pas, j’ai dû me tromper de baguette).

 

8h45 Je n’ai toujours pas été pissé, le café n’est pas encore prêt, ça ne saurait tarder mon amour (« putain, mais qu’est-ce que t’es lent le matin… »).

 

9h ça y est, j’ai pissé. Bébé en a profité pour foutre mon ordinateur portable par terre et s’attaque à la souris. Bon choix, y avait aussi le café brûlant. Maman n’aurait pas apprécié. Je regarde mon ordinateur par terre. Je me demande si l’écran était déjà détachable avant…

 

9h30 1er coup de pompe de la journée. Bébé aussi a l’air un peu KO. Je tente une première approche.

Doudou : [ X ]

Tototte : [ X ]

Couche changée : [ X ]

 

Allez, c’est parti.

Endormir un enfant est un art. Avec ses techniques, ses différents niveaux de maîtrise. Je m’estime être ceinture orange (à vue de nez) et je me bats contre un enfant qui est 2ème dan de résistance au sommeil. Le combat est inégal. Je me fais d’ailleurs rétamer à plate couture. Il est 10h, Abel fait du catch dans son lit avec ses peluches. Apparemment, c’est comme highlander : il ne pourra en rester qu’un.

 

10h Je n’en peux plus, il ne va jamais s’endormir. Je me pose dans mon lit avec lui. Je lui caresse la tête tranquillement, il a l’air presque calme.

 

10h55 Bébé s’est endormi apparemment (moi aussi). On est tous les deux allongés sur le lit. Le chat nous regarde, en embuscade. Le premier qui bouge est mort.

 

11h15 Finalement, je bouge. Le chat aussi s’est endormi. Aucun signe de réveil pour le moment chez Attila.

Je regarde l’heure. Ah zut, Bébé va avoir faim. J’ouvre le bac à légumes. J’ai trouvé les bières. Merde où sont les légumes. Je dégote un panais. Je prends des haricots dans le congélateur. Je fais chauffer dans le BabyCook (Alerte placement de produit).

 

11h30 Zut, il faut que je mixe la purée. Mais si je mixe, ça va le réveiller. Dilemme.

 

11h36 Bébé a résolu le dilemme pour moi. Il est réveillé. Il a faim.

 

11h37 Bébé engloutit l’équivalent de 3 kilos de bouffe si je faisais une petite règle de 3 en l’appliquant à mon poids. Ça n’a pas l’air de le perturber. Il expulse un vague rot, désintéressé par ces considérations morphologiques.

 

11h50 Bébé est déchaîné et je n’ai toujours pas ouvert ma boîte mail. Heureusement, j’ai mis mon tél pro sur silencieux. Je ne sais pas s’il sonne. Je me sens moins coupable.

 

12h Je me dis que moi aussi, j’ai faim. Je me dis que je fais à manger à bébé des trucs bien meilleurs que ce que je mange moi-même, tout en décidant de faire une raclette. Etre parent, c’est devenir moins égoïste. Altruiste peut-être même.

 

12h30 Il est l’heure de manger, ma femme s’approche en demandant ce qu’on mange. Je découvre qu’elle vit dans cet appartement depuis le début.

 

12h45 Nous essayons de mettre une série mais Bébé connaît toutes les techniques pour regarder un écran, même quand on pense qu’il est hors de portée. Finalement, on joue avec lui en mangeant une raclette sur le pouce (ça brûle).

 

13h Je lis 143 fois « ça n’existe pas ». Mon fils rigole. Je rigole. Nous rigolons. Putain, je suis crevé.

 

13h30 Mon fils n’arrête pas de chouiner pour être dans les bras. Je vais à l’autre bout de l’appartement. Il me retrouve. Je craque et le prends dans les bras. Je mets de la musique. On danse sur du Django Reinhardt. Je fais mine de le laisse tomber. Il rigole. Ah merde je l’ai laissé tomber. Il pleure. Je le reprends dans mes bras. Il s’endort (ou alors il est mort).

 

13h35 Je le pose dans son lit. Il se réveille (il n’est pas mort).

13h36 Je le prends dans mes bras. Il s’endort (ou alors il est mort).

13h40 Je le pose dans son lit. Il se réveille (non mais vraiment, il doit pas être mort).

13h41 Je le prends dans mes bras. Il s’endort.

13h42 Je craque et on s’endort tous les deux dans le grand lit.

 

14h45 Je rêve qu’on me tape. Ah non, on me tape vraiment. Mon fils me met des doigts dans les yeux. Il rigole beaucoup (l’humour naît souvent de la violence).

 

14h50 Je me lève avec mon fils dans les bras. Merde, j’ai oublié de faire la compote. Je pèle une pomme à l’arrache avec Abel dans les bras. Je la coupe en morceau (et un bout de doigt d’Abel aussi (oh ça va, hein, il saigne qu’un petit peu et il est vacciné (enfin, je crois))).

 

15h Abel mange sa compote. Je décide de faire du 2 cuillères (lui en a une, j’en ai une, comme ça il apprend à… ah non, en fait, il repeint juste le salon).

Je me demande où je peux louer un karcher pour nettoyer le salon. Je me dis qu’il faudra que je laisse bien bébé dans le salon quand je le nettoierai parce qu’il s’en est mis jusque dans les cheveux.

 

15h15 Il boit un biberon aussi. Il en réclame un autre. J’en fais un autre. Une fois dans la bouche, il n’en veut plus. Avoir un enfant, c’est garder son calme, c’est apprendre la patience (« PUTAIN MAIS TU SAIS COMBIEN ÇA COÛTE LE LAIT, BORDEL !!!! »).

 

15h30 C’est l’heure sombre. Il ne veut pas jouer tout seul. Mais veut jouer. Il veut que je sois juste derrière lui. Non là, c’est trop loin, rapproche-toi ou sinon je hurle. Voilà, c’est bien. Tiens, prends ça. Et ça. Et chante. Et fais des grimaces. Et bouge pas je t’ai dit. Attends, je te monte dessus. Oh, c’est quoi ça (« c’est mon œil, tu peux retirer ton doigt ? ») ? Oh tiens, un xylophone. Oh tiens, j’ai pas encore pété toute la pile de DVD. Ha ha ha ha. Et tiens, c’est quoi ça (« non, pas la prise !!! »), oh et ça. Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin. Je retire les doigts d’Abel de dessous la porte du salon. Ils sont rouges. Je les compte. 10. Cool.

 

16h Je tente le temps calme. Je le prends sur mes genoux, je lis des livres. Ah non. En fait, il veut seulement un livre. Je lui lis 342 fois « ça n’existe pas ». A la fin, j’ai presque l’impression que ça existe, en fait.

 

16h30 2ème gros coup de pompe de la journée. Je le mets dans son transat avec un quignon de pain. J’ai envie de dormir, ou de me jeter par la fenêtre. Je me rappelle que j’habite au rez-de-chaussée, alors je vais chercher ma guitare.

 

16h45 Je joue de la guitare. Avant, ça l’apaisait, maintenant il croit qu’il sait jouer. Il attrape les cordes et tape sur la guitare. Il est content du résultat. Il met des miettes de pain mouillé dans la caisse de résonance.

 

17h00 Je suis au bout de ma vie, le salon ressemble à l’artère principale de Calcutta. Abel a une forme du tonnerre. Tiens-bon, Fabien, on a foi en toi. Je sors les cubes et décide de faire des tours avec Abel.

 

17h30 2543ème destruction de tour en cubes. Abel n’est pas lassé. Moi, à peine.

 

17h45 Je consulte mon récapitulatif Google Maps du mois. Je montre à ma copine que j’ai quand même passé vachement de temps à la cuisine. Je prends des nouvelles de sa charge mentale.

 

18h00 : Je craque et décide de donner un bain à mon fils (un des rares trucs qui l’apaise). Je fais couler l’eau et le mets à poils. Depuis quelques jours, Abel n’arrête pas de se tripoter la nouille, c’est assez étrange et ça le fait beaucoup rire. Il le fait, qui plus est, de manière assez violente en tirant dessus comme si son sexe allait s’allonger (j’ai déjà essayé, ça marche pas). C’est fait avec conviction et force (si je faisais ça avec la mienne, elle tiendrait pas deux minutes). Une fois dans l’eau, il se désintéresse de sa nouille et joue avec le thermomètre, ignorant ostensiblement tous les jeux du bain. Il fout de l’eau partout, j’hésite à mettre du produit par terre et dire après à ma femme que j’ai lavé la salle de bains.

 

18h30 Je le sors du bain, il hurle (il aime le bain, mais il n’aime pas en sortir). C’est apparemment la fin du monde, on va tous crever (mes tympans en premier).

 

19h30 Abel est plus calme, il a compris que j’allais lui donner un biberon.

19h31 Il hurle (je n’ai pas été assez vite)

 

20h Il somnole vaguement, je lui donne tototte et doudou et le mets astucieusement dans son transat. Il dodeline de la tête. On a l’impression qu’il a été piqué par la mouche TséTsé. Mais une fois dans son lit, c’est Ibiza au mois d’août. Je le laisse foutre le bordel 10 minutes avant qu’il ne se mette à hurler. Sa couche a débordé. A vue de nez, je dirais que c’est de la merde. J’hésite à appeler sa mère. Non Fabien. Sois Fort.

 

20h30. Abel est recouché.

Abel pas content. Abel relevé.

Recouché. Relevé. Etc.

20h55 Victoire par KO. Il dort.

 

21h Temps calme. J’arrive à peine à ouvrir un paupière (et encore, je m’aide d’une allumette). J’ai pas eu le temps d’ouvrir ma boîte mail avec tout ça.

Je suis claqué moi. Ma femme me demande ce qu’on mange.

 

21h45 Il est en temps d’aller se coucher.

 

C’est que demain ça recommence

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s