Il était une fin…

Est-ce qu’on s’est pas fendu la poire quand même ?

Hein ?

Mais si rappelez-vous.

On a vidé les océans (trop drôle), on a tellement pollué la planète qu’on est responsable de la 6ème extinction de masse des espèces vivantes (on est un peu balaise côté destruction), on a bouffé des tomates sans goût (mais jolies) en hiver, on a bouffé des avocats qui venaient d’Afrique du Sud, on a fabriqué des trucs juste pour pouvoir les balancer et en acheter de nouveaux (il paraît qu’on appelle ça l’obsolescence programmée, c’est magique – ça marche pour les humains, dis ?), on a même vénéré les patrons des entreprises qui en faisaient la promotion (c’est trop cool la destruction, le recyclage c’est caca), on s’est engraissé comme des loutres. Ç’aurait pu passer crème (comme une loutre à la poste), mais on a peut-être un poil abusé.

Heureusement, y’a quelques rigolos (on est marrant des fois, aussi) qui ont réussi à faire durer le plaisir en disant que c’était des conneries, qu’on était vraiment présomptueux de penser qu’on pouvait influer à ce point sur notre écosystème, qu’on n’était rien du tout à l’échelle de l’univers.

C’est pas faux. On n’est rien du tout.

Par contre, y’a un truc quand même, c’est que 6 milliards de crétins de rien du tout qui perpétuent les mêmes conneries, ça commence à se voir.

Et là, la fête est finie. C’est plus vraiment la peine d’aller bloquer je sais pas quoi le 17 novembre, parce que ça va rien changer du tout. En 2030, le monde tel qu’on l’a connu (prendre sa caisse pour aller à la boulangerie du coin, aller visiter la Patagonie en famille en prenant un truc qui vole et qui bouffe le poids d’une baleine bleue (tu sais ? le truc qui va bientôt disparaître) en kérosène détaxé, bouffer de la viande – pour laquelle on bute des forêts – tous les jours) aura disparu.

Juste pour te donner un petit ordre de grandeur : répartir 58 migrants qui sont en train de crever fait aujourd’hui gagner 5% à l’extrême droite dans les sondages, tu penses qu’il va se passer quoi quand il y aura 250 millions de réfugiés climatiques ? Tu penses qu’on va être en mesure de fabriquer des frontières en briques (quelle taille le mur ?) ? C’est la panique au JT de Pernaud dès que la moindre rivière déborde et on voit tous les reporters en botte, tu penses qu’ils vont mettre en place quel genre de dispositif quand la mer léchera les pieds de Paris ?

Je te dis pas ça pour te déprimer, hein ? Je conçois très bien que tu fasses des enfants et que t’aies envie de lui acheter une PS4, mais je te conseille de bien en profiter parce que demain, tu te battras pour trois morceaux de pain. 2030, ça arrive vite, tu sais ?

Tu vas me dire : on fait ce qu’on peut.

Ah oui. C’est pas faux. D’ailleurs, tous les pays étaient super fiers de l’accord de Paris (la France en tête).

Et il s’est passé quoi après ?

Rappelle-toi.

La réponse est fastoche : la France a émis +3% de gaz à effet de serre en 2017. Dis donc, c’était bien la peine de réunir les grands de ce monde et de montrer du doigt tel ou tel pays qui sort de l’accord.

Et alors – me diras-tu ? – pourquoi je te casse les bonbons avec mon discours catastrophiste ?

Ben c’est pas très compliqué, tu vas vite comprendre.

A moins de descendre dans la rue pour prendre d’assaut l’Elysée (ce qui ne changera pas grand-chose compte tenu du fait que le problème est global), je pense qu’il ne nous reste pas beaucoup d’option. La seule option, c’est de faire comprendre aux technocrates qui nous gouvernent que s’ils veulent garder leur mandat, il faudrait qu’ils y mettent un peu du leur. Que leurs politiques publiques soient cohérentes et dirigées vers un seul but : la préservation de l’espèce et de notre belle planète (si, si, je t’assure, avant qu’on la salope, elle était plutôt jolie). Qu’ils foutent leur volonté de croissance (qui ne profite qu’à quelques-uns, donc on s’en tamponne) à la poubelle pas recyclable, que chacune de leur action soit jugée à l’aune de son impact sur la planète, qu’ils aident tout un chacun à vivre décemment et oublient un peu les connards du CAC40 qui ne pensent qu’à leurs dividendes, qu’ils changent de modèle tout simplement. Qu’on arrête de suivre l’évolution du PIB (qui suit étrangement la courbe des émissions de gaz à effet de serre) et qu’on calcule le bonheur commun, la préservation des ressources, l’éducation, toutes ces choses qui feront qu’on va survivre ensemble comme des frères (de toute façon, sinon, on crèvera tous comme des abrutis qui se détestent).

Arrêtez d’écouter les sirènes du plein emploi ou de la croissance infinie. Cela n’existe pas. Cela n’a jamais existé. Notre planète possède des ressources finies, des limites. Nous aussi. Ce sont les mêmes.

Les seuls partis pour lesquels il convient de voter (aux Européennes, à ce que tu veux) sont ceux qui mettront ce défi collectif et écologique au centre de leur action. Le reste, c’est du blabla.

Traite-moi de rêveur.

Mais fais-le vite, parce que le mur approche.

 

7 réponses à “Il était une fin…

  1. Comme d’habitude, tu vois exactement les choses. Non catastrophiste mais réaliste et j’adhère totalement à cette analyse qui crève les yeux. Même les aveugles, je ne dis pas la voient arriver, mais l’ont déjà vue arriver car nous sommes déjà les pieds bien plantés dans la mouise. il est déjà trop tard. Et je pense à mes tout-petits enfants (+ un à naître). Misère…….

  2. Interpellant… Angoissant même… Allez Jean, c’est décidé, je vais à pieds dire Bonjour à mon Boulanger…

    Et pour le reste ? Soit je mets à ‘politiquer’, à voter pour des politiques écolos ou à manifester….

    Eh bien c’est décidé : cette année je vote pour un parti écolo… et je manifeste au moins une fois pour plus de respect envers notre planète….

    Passe une agréable journée Jean-Fabien…. tant que c’est possible…

    Mister Philou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s