En route pour le bordel

Il paraît que l’avenir est imprévisible. On dit même qu’il appartient à ceux qui se lèvent tôt, ou encore qu’il sourit aux audacieux.

Je vais donc tenter, ce jour, le record du monde de prévision merdique de l’avenir, considérant que non seulement je me suis levé tard, mais qu’en plus, je suis à l’audace ce que Fillon est à l’honnêteté.

Je pense donc pouvoir dire – avec une marge d’erreur avoisinant les 100% – que le soir du premier tour, les instituts de sondage se seront vautrés dans les grandes largeurs (et même les grandes profondeurs, tiens), qu’on n’aura pas de Le Pen au second tour – et on sera bien emmerdés de pas savoir contre qui voter – pas plus qu’on aura un Fillon. Non, non. On aura un second tour Macron – Mélenchon.

Voilà, inutile de me remercier, je fais ça gratuitement.

 

Le ralliement de dernière minute

Parce que, si vous voulez savoir ce qui va vraiment se passer, Hamon va tout simplement se désister la veille du scrutin au profit de Mélenchon. Pas con le mec, il fait ça la veille, comme ça impossible de savoir si cela va avoir un impact sur les sondages (vu qu’ils sont interdits à partir de la veille). Malin, le mec.

Ainsi, nous aurons réussi le tour de force de foutre à la poubelle les trois plus grands partis de France (dommage qu’ils ne soient pas vraiment « partis » d’ailleurs, ça nous ferait des vacances) et l’avenir sera incertain mais ouvert. Sur un gros bordel, certes, mais au moins ce sera rigolo. Parce que là, entre nous, c’est vraiment pas rigolo. Et ça manque, la rigolade, non ? Ouais OK OK, on a eu Lassalle quand même – tu marques un point cher lecteur. Mais est-ce suffisant ? Il nous a à peine fait l’apéro. Non, ce qu’il nous faudrait c’est pas du Flanby mou ou du Sarko excité qui font finalement la même politique, modulo quelques lois sociétales pour l’un et une nouvelle loi pénale tous les 15 du mois pour l’autre. Ce qu’il nous faudrait, c’est un bon gros binz pendant le quinquennat entier. Un truc à l’espagnol, pas de majorité. Ou à la belge, pas de gouvernement. Là au moins, on pourrait se rendre compte à quel point ces incapables ne servent à rien.

 

Penelope-solète.

C’est vrai qu’on s’est quand même un peu amusé avec les châtelains et leur 25 k€ mensuels qui leur permet pas de mettre un kopeck de côté – alors que les montres et les costumes sont gratuits, ils sont vraiment pas doués (mais d’un autre côté, j’ai pas la moindre idée du coût d’un domestique donc je ferais mieux de fermer ma bouche). Avec Penelope qui découvre qu’on peut se lever à 6h30 du matin, réveillée par la Police – comme on la plaint, elle qui n’a jamais travaillé et ne sait donc pas que cette heure existe réellement. Tu vas voir qu’à la fin Fillon va voter Hamon pour bénéficier du revenu universel (et comme Hamon va se désister pour Mélenchon, pour ceux qui suivent, Fillon va se rallier à Mélenchon, ça fait pas un pli).

Mais tout ça, c’est du passé. Avec un peu de chances, tous ces guignols en costume à plusieurs milliers d’Euros vont finir dans les poubelles de l’histoire – ou à Fleury – et on aura sûrement pas perdu au change.

Maintenant, on veut du « vrai », de l’amateur, quelqu’un qui vient de la vie civile, va sur les plateaux en t-shirt et se retourne quand la caméra le filme. On veut de l’authentique.

 

Et après ?

Bon, une fois qu’on aura un deuxième tour Mélenchon-Macron (ou l’inverse, soyons beau joueur), faut voir à pas déconner les gens.

Je sais que le petit Macron, il a une tête à rassurer les belles-mères (d’ailleurs, il s’est marié à l’une d’elle), mais faut pas non plus oublier son CV. Le mec est un pur produit du « système » qu’il dénonce tant – le petit malin. Ex-banquier de chez Rotschild, ancien haut fonctionnaire qui a fait l’ENA, je vois pas trop où l’authenticité se niche dans ce pur produit de la technocratie française. Evidemment, c’est un moyen assez pratique de s’assurer que rien ne change (c’est parfois relou, le changement – par exemple, quand on change d’heure, moi je suis tout perturbé pendant au moins deux jours, dans une autre vie j’ai dû être une vache (attention, je n’ai pas dit que mon lait tournait)), vu son « brillant » passage en tant que ministre sous Flanby, mais on a dit qu’on voulait rigoler un peu, non ?

 

Alors surtout pas, en marche !, mais plutôt en voiture, Simone. Enlève ta ceinture de sécurité, inactive l’airbag et n’oublie pas d’aller tout droit au premier virage.

Parce que c’est quand même drôle et magique, un arbre vu de face.

Avec un peu de chance, on pourrait peut-être même réussir à l’escalader, histoire de prendre un peu de hauteur et d’admirer la canopée.

 

Publicités

4 réponses à “En route pour le bordel

  1. Ha bon vous pensez tout ça ? Ben mince alors, je n’aurai pas l’immunité ouvrière ? Ho ce monde est vraiment trop injuste !

  2. J’aime bien votre  » je suis à l’audace ce que Fillon est à l’honnêteté » – et la perspective d’un Mélenchon vs Macron. Je ne peux pas voter (pas le droit, chuis « boche » comme dirait l’autre) , mais assiste avec effarement aux errements des ami(e)s entre « vote utile » et « vote conviction »… J’ai bien ri – jaune à la lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s