Comment je suis resté inconnu

9782366510676Jean-Fabien a perdu la tête. C’est désormais officiel. Il n’y a qu’à le voir là, planté comme un con au milieu d’un champ de mauvaises herbes, pour s’en convaincre.

 

Comment faire, ainsi dénué de son sommet, désormais privé de son centre de commande, pour faire quelque chose d’intelligent de sa vie – ou même quelque chose de complètement con d’ailleurs ?

Hein ? Je vous le demande.

 

Ben, c’est facile : c’est pas possible. Alors, Jean-Fabien a décidé de se laisse porter par le courant sans essayer de rejoindre la rive. A quoi bon quand plus rien ne vous touche ?

 

Oh et puis, de toute manière, sa vie n’a jamais été bien passionnante.

Une ancienne muse qui lui avait fait tourner la tête – celle qu’il n’a plus – le recontacte ?

Pff pas grave.

Un magazine féminin le propulse responsable du courrier du cœur ? Fastoche.

Lui, le loser de l’édition, deviendrait un écrivain à la mode ? Eh oh, faut peut-être pas déconner mon plus.

C’est que Jean-Fabien tient à son anonymat – un peu comme un SDF tiendrait à sa pauvreté, c’est pas comme s’il avait le choix –, peut-être pas autant qu’à sa tranquillité professionnelle, mais pas loin. En tout cas, il met tout en œuvre pour rester un parfait inconnu, ignoré du public, boudé des médias (et plus grave : par les femelles) : un blog sinistre et amorphe, une inspiration en panne, un réseau inexistant (les amis boulet, ça compte pas).
Mais un jour la perspective d’un peu de mouvement le titille pendant une sieste (son activité de loin la plus productive de la journée). Une idée germe alors dans son esprit atrophié : et s’il devenait le nègre de son ex muse blonde, carrossée comme une hôtesse du Salon de l’auto ?

En effet, peut-être les portes de l’édition s’ouvriraient-elles en même temps que les cuisses de la belle.

Peut-être même pourrait-il continuer à se balader tranquille sans être pourchassé par des groupies, tandis que se écrits se répandraient dans les librairies comme les boutons sur un visage d’adolescent.

 

Un dernier doute obscurcit cependant son avenir : son insuccès – même caché derrière son anonymat – n’est-il pas l’essence même de son âme d’écrivain à la dérive ?

Ah la vache. Rude question.

 

—-

 

Pour le commander :

http://paulemike.com/shop/index.php?id_product=51&controller=product

 

—-

 

4ème de couverture :

« Cinq ans déjà ont disparu sans qu’aucun obstacle ne vienne perturber l’écoulement paisible de cette rivière de questions qui compose l’essentiel de ma vie insipide.

Plusieurs années que j’ai renoncé. À chercher un but à tout cela. À devenir ce que je suis censé être, pour peu que cette réalité existe dans un univers parallèle quelconque. Pompier involontaire ? Informaticien sans boutons ? Écrivain à la dérive…

Maintenant, je le sais pourtant. L’heure du réveil a sonné. »

 

Jean-Fabien possède la panoplie complète pour être heureux : un boulot épanouissant avec une chaise à roulettes, une clef de douze, un pull en laine sans trou et un anonymat confortable.

Il a même plusieurs femmes à ses pieds – ou pas loin – et un ami fidèle et proche (en tout cas plus proche du boulet que du canon, lui).

Et pourtant, ça le démange, il faut que ça bouge. Ou alors, il est allergique à la laine.

Mettre fin à son célibat serait une sorte de mouvement, se dit-il.

Se faire publier aussi, s’ajoute-t-il (car il est fort en addition).

C’est qu’il se pose beaucoup de questions mais obtient peu de réponse.

Un héros moderne, en somme (même si là, il ne s’agit plus d’addition).

 

L’amour et l’écriture sont les deux mamelles des nouvelles aventures de Jean-Fabien, loser sympathique en roue libre, qui revisite le thème du nègre littéraire à travers ce troisième ouvrage où l’on croisera des blondes, des rousses, pas beaucoup de lave-linges à hublot, mais quand même un détective privé et quelques vampires égarés.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s