Binge drinking, what the fuck

Binge_Drinking

J’ai un truc à vous avouer. Je suis pas fier, je vous le dis de suite.

Voilà, en fait, j’ai bu mon premier verre d’alcool à 20 ans. Oui, je sais. Je suis vraiment un gros naze.

Je me fais honte. Pas étonnant que j’aie été puceau jusqu’à un âge avancé.

 

Bon, soyons clairs, j’ai rattrapé mon retard depuis (en bières et en filles). J’ai été bourré plus souvent qu’à mon tour, me suis réveillé à côté de femmes que je ne connaissais pas (ou plus), j’ai repeint un certain nombre de fois mes toilettes (sans compter ma chambre, mon salon, un nombre indéterminé de taxis, des trottoirs parisiens, des abribus, les vêtements des femmes que je ne connaissais plus, j’en passe et des plus sales).

 

Il me semble cependant que j’ai fait ça dans les règles de l’art :

  • J’étais majeur de plus de 15 ans et vaguement vacciné (au moins celui contre les BCBG)
  • Je n’ai jamais bu du rouge sur du blanc sinon tout fout le camp
  • Je n’ai jamais tué personne en état d’ébriété ou alors c’était sans faire exprès et je me suis excusé après
  • Je me suis toujours endormi en ronflant avant de profiter de la situation avec une autre fille bien entamée
  • J’ai toujours nettoyé mon vomi le lendemain
  • Je n’ai jamais enfermé mes parents dans le débarras à 2 grammes (ni mis dans l’embarras d’ailleurs) même quand ils le méritaient

 

Bref, j’ai toujours été un esthète de la picole.

 

Jamais (au grand jamais), je n’aurais pratiqué ce qu’on appelle aujourd’hui le « binge drinking ».

 

 

What the fuck ?

Ouais, tout ça pour en arriver là.

Vous savez pas ce qu’est le binge drinking ? Rien à voir avec Mr Binge même si ça vient effectivement d’Angleterre (sont forts ces rosbifs avec la booze)

Il s’agit, en fait, d’une technique de plus en plus prisée par les jeunes : la biture expresse. En gros, on se met le paquet en moins de temps qu’il n’en faut pour dégobiller.

D’après une étude récente, 11% des étudiantes reconnaissent avoir connu des ivresses régulières contre 2% en 2005. Bon, ça en fait quand même 89% d’à peu près sobres mais à ce rythme-là, elles seront toutes en coma éthylique avant la fin du siècle (si l’humanité survit jusque-là).

 

 

Et alors ?

Oui, c’est vrai ça, et alors ? Elles ont quand même le droit de boire ces petites décérébrées (je parle de leur état après la cuite). Certes, mais je vais vous parler en homme d’expérience.

L’alcool, ça me connaît. Y’a qu’à voir : on m’ouvre le bide régulièrement pour m’essorer le foie, j’ai même déjà donné une teinte aux alcootests que les flics n’avaient jamais vue avant (même qu’ils ont cru que c’était eux qu’étaient bourrés). Un autre jour, je suis tombé dans une rivière en Amazonie et y’a une quinzaine de sangsues qui ont fait un coma éthylique. Donc, je suis bien placé – presque aussi bien que Jean-Vincent, c’est dire – pour vous signifier que faut pas faire ça les filles.

Vous vous rendez compte que vous ne profiterez même pas de votre premier viol rapport sexuel ?

Remarquez, comme vous vous en rappelez jamais, c’est un peu à chaque fois la première fois. Pas con.

Non, non, en fait c’est très con.

Déjà, c’est dangereux pour votre santé. Oui, je sais que le foie se régénère, mais faut voir la vitesse, hein ? Bayrou est plus rapide à finir une phrase.

Ensuite, vous avez pas envie qu’on vous aime pour votre taux d’alcoolémie, mais pour ce que vous êtes, non ? A savoir, une jeune fille avec l’avenir devant soi (c’est même pas moi qui le dis, c’est les Enfoirés), des rêves plein la tête et une énergie à pousser les montages – ou seulement mamie dans les orties parce qu’elle est quand même moins lourde et que c’est bon pour la circulation.

On voudrait quand même pas gâcher tout ça pour une mode à la con.

 

 

Quelques conseils de base

Bon, maintenant que vous savez que c’est mal de picoler comme un trou – au risque que l’on ne vous prenne que pour un trou –, je vais vous donner quelques conseils de base (même si je crois autant aux conseils qu’au socialisme).

  • Tatouez-vous votre adresse derrière l’oreille droite. Ainsi, si quelqu’un vous trouve dans la rue, vous ne finirez pas la nuit à la fourrière.
  • Avant de sortir, buvez une cuillère d’huile d’olive. Cela vous enduira la paroi de l’estomac et retardera l’absorption de l’alcool. Ainsi, vous tiendrez plus longtemps que vos copines et pourrez prendre plein de photos compromettantes.
  • Faites le test un soir – juste un, mais pas Bridou – de faire semblant d’être bourrée et de voir ce qui se passe. Une fois que vous aurez bien flippé votre race de voir les mecs que vous auriez pu vous taper (de manière plus ou moins consentante), vous me remercierez.
  • A chaque verre que l’on vous paye, payez le suivant ! C’est très égalitaire et vous finirez pauvre avant d’être saoule, comme ça le problème sera réglé.

 

Et sinon, n’oubliez pas d’analyser les signes évidents d’alcoolémie pour éviter de partir en cacahuète trop tôt :

  • Si vous ne voyez que des gens beaux partout : vous commencez à être bourrée !
  • Si vous vous croyez drôle : vous êtes bourrée !
  • Si vous ne vous rappelez plus ce que vous faites là : trop tard…

 

Voilà, je pense que maintenant, vous êtes fin prête pour votre prochaine soirée.

 

Envoyez-nous des photos, et à la vôtre !

 

 

Publicités

9 réponses à “Binge drinking, what the fuck

  1. Le caipirinha de vendredi était assez bien dosé (merci Fabien) mais je pense que je vais en rester là car le « binge drinking » ne me fait pas plus rêver que cela. Il faut dire que ta description des symptômes post cuite ne prête pas à s’y aventurer.
    Mais je suis prêt à y regouter en juillet. N’oublie pas les bouteilles 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s