Pourquoi mon travail n’avance pas (épisode 3)

 

retard

Suite de : Episode 1

et de : Episode 2

 

Ah ben oui, quand on tient un filon (même s’il s’appelle François), on le lâche pas. Donc, la – par exemple -, c’est le filon de l’excuse pourrie, bidon, moisie (liste d’épithètes non exhaustive) qui te permet, toi – misérable petit procrastinateur, toi la petite merde fainéante qui essaye à ta minable échelle d’être le grain de sable du système capitaliste, non pas par conviction socialiste (tout le monde sait que le socialisme n’existe pas), mais par pure paresse – de continuer à faire illusion dans ce formidable environnement que l’on appelle ‘entreprise moderne’ où il convient d’avoir une jolie cravate mais où ta production importe si peu.

 

Cette semaine, nous avançons donc un peu plus loin dans les méandres du mensonge social et nous abordons une excuse particulièrement efficace si elle est savamment dosée : l’excuse contextuelle.

 

Oui, je sais que ça veut rien dire. Sache cependant que je t’emmerde (moi aussi, j’ai le droit de glander et cette semaine j’avais pas envie d’écrire).

Avant-propos

Bla bla bla, ces excuses ne doivent pas être utilisées en dehors des règles strictes d’usage décrites dans le présent article. Le rédacteur se décharge de toute responsabilité en cas d’effet secondaire inattendu, tels que règles abondantes, meuble Ikea monté à l’envers ou coliques des oreilles.

Episode 3 : les excuses contextuelles

Ces excuses sont particulièrement efficaces, car elles renforcent le sentiment dit de « coup du sort » propice à la prise en pitié (et tout le monde sait que la pitié est un sentiment positif – surtout en pleine période des entretiens annuels). Cependant, elles sont à manier avec précaution du fait de leur caractère aisément vérifiable (variable dite de falsifiabilité). Nous les recommandons pour les Directeurs avec qui une relation de confiance s’est instaurée, et les déconseillons vivement avec tous les fouineurs, fouilles-merde et autres empêcheurs de mentir en rond (à noter que si vous mentez en carré, ça marche pas des masses non plus).

Avantages :

  • Efficacité prouvée et reconnue (certifiée PinocchiSo 9001)
  • Double effet kisscool (prise en pitié ⇒ augmentation ⇒ retour de la femme au foyer)

 

Inconvénients

  • A éviter avec les ‘control freaks’
  • Absence de challenge

 

Risque :

  • Vérification de l’élément contextuel et découverte du poteau rose à épines

 

Accessoires :

  • Boîte de kleenex (démultiplication de l’effet “Kisscool”).

 

Conditions d’exécution :

  • Se mettre dans un contexte qui rappelle l’élément contextuel (c’est beau ça, on dirait du Florian Zeller)

 

Horaire à privilégier :

  • Horaire de pointe (et je parle pas des seins de la secrétaire)

 

Ambiance nécessaire :

  • Bruyante et oppressante (et qui rappelle ainsi que l’on ne maîtrise pas son environnement)

 

Aspect extérieur :

  • Fatigué avec les traits tirés (ne pas hésiter à utiliser des pinces à linge au préalable) et des valises sous les yeux (message subliminal : “j’ai lutté contre mon environnement, mais je ne suis qu’un pion sur l’échiquier de la vie”).

 

Liste (non exhaustive) des excuses de cette catégorie :

1) L’excuse dite des « ouvriers du bâtiment » : travaux dans mon immeuble impliquant beaucoup de bruit et peu de sommeil (ils travaillent en 3*8 depuis l’application des 35 heures dans leur branche socioprofessionnelle).

 

2) Grève des transports publics (un classique français qui ne se démode pas)

 

3) Attentat ou catastrophe majeure impliquant un risque physico-chimique de type bactérien ou nucléaire (le trajet entre ma maison et le bureau est dans une zone interdite par les autorités, j’ai décidé de ne pas prendre de risque ni de compteur Geiger à la ceinture).

 

4) Panne d’électricité générale (si en plus ça a fait griller le transfo de ton ordi, c’est du bonus) ou coupure d’eau.

 

5) Coincé dans un ascenseur ou dans une cave (en attente de dépannage, j’ai commencé à entamer le carrelage et je capte pas le WiFi)

 

6) Enterrement suivi d’une dépression (attention à ne pas enterrer plusieurs fois la même personne comme je l’ai déjà dit je sais plus quand, ça peut faire un tantinet désordre).

 

Voilà, avec tout ça, vous êtes parés pour au moins une semaine. Donc c’est tout pour aujourd’hui, bande de nazes, vous espériez pas avoir toute ma science d’un seul coup non plus ?

Bon, et puis comme d’habitude, envoyez-moi vos propres astuces, on est jamais trop de plusieurs pour réfléchir à toutes ces conneries.

Avec un peu de chance, vous aurez peut-être une idée. Tout est possible, je le sais : ce matin j’ai entendu mon chef faire une bonne blague.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s