Eric Zeslip ou le « décomplexe » du troll médiatique

zemmour

Eh bien voilà, j’ai réussi. A force de me faire applaudir à l’assemblée (on a même créé une amicale des anciens condamnés), d’écrire des livres sur le suicide de la France qui cartonnent grave chez les alcooliques, ça me pendait au nez faut dire (et c’est pas trop dur d’y faire pendre des trucs).

Vous vous demandez bien ce qu’il m’est arrivé, hein ?

En fait, il m’est arrivé plusieurs choses. Ça fait quand même des années que j’attendais la consécration, et voilà, j’y suis. Moi, moche et méchant, en haut de l’affiche : conseiller spécial du président de la République (il faut croire qu’entre incompris on se comprend). Bon ça, c’est la première chose, mais c’est pas la plus dure (même BHL a réussi). Non, non, c’est la deuxième chose qui est terrible. J’ai réussi à imposer le contrôle au slip.

Ben oui, j’ai été condamné de manière injuste sur les histoires de contrôle au faciès (en tout cas, tous les gens ayant leur carte du FN me l’ont confirmé), donc j’ai trouvé la parade : le contrôle au slip (que j’ai pu glisser dans un projet de loi auprès de mon nouveau pote, surexcité à l’idée d’élever un peu le débat).

 

En effet, j’ai noté un élément troublant en repassant toutes les histoires criminelles de ces vingt dernières années au peigne fin : les criminels mettent souvent des slips de couleur (avec une fente sur le côté pour sortir la trompe). Je sais, je sais. On pourrait déjà les condamner pour mauvais goût, mais c’est pas assez médiatique. Alors que là, je suis vraiment sur le devant de la scène (et même le derrière).

 

Je ne sais pas si vous suivez mon raisonnement, il est pourtant limpide comme un bol d’urine claire.

Soit A la caractéristique dite « couleur de slip », et B la caractéristique « criminel endurci » (du genre qui rigole pas : vol à l’étalage, revente de shit dans les beaux quartiers, abus de bien social sur les cartes « Flying Blue », j’en passe et des meilleurs). Si lorsque « A » est moche, on est surreprésenté dans « B », c’est bien que la couleur du slip est pour quelque chose dans la déliquescence de la France (avec un grand F).

 

Cette découverte majeure doit être claironnée dans tous les medias (et les vestiaires itou). Ça doit buzzer à mort.

 

Encore une fois je dis tout haut ce que tout le monde porte tout bas.

 

Un truc qui me trouble un peu quand même est que mon voisin d’expertise m’a fait remarquer que d’autres caractéristiques rentraient en ligne de compte. Il paraîtrait que la pauvreté serait aussi responsable (même mieux que la couleur du slip qui n’aurait en fait rien à voir) du basculement dans la délinquance. Ça m’a troué (rien à voir avec le slip). J’y avais jamais pensé. J’ai gardé ça sous silence (faudrait pas que je me grille auprès du Flanby). Dieu merci, tout le monde se fout des pauvres (je suis sauvé) et personne n’aime les slips noirs.

 

En tout cas, depuis, pleins de journaleux m’invitent sur les plateaux de télé pour que je puisse raconter encore plus de conneries (surtout la sortie de mon livre de merde, j’ai plein de choses à éructer).

Genre « les raisons de la crise profonde en France : la féminisation de la société, le poids du lobby homosexuel et bien évidemment l’immigration ». J’en pense pas un neurone – surtout que j’ai prêté le dernier à Sarko – mais ça plaît bien aux beaufs, ça leur donne l’impression d’exister en dehors des discussions de comptoirs. Je suis un peu leur héros : plus je dis de conneries et plus ma côte de popularité grimpe, c’est affligeant. Ils se disent « enfin un mec qui a les couilles de dire n’importe quoi à des heures de grande écoute ».

L’autre jour, j’ai même dit « Les Françaises qui couchent avec des musulmans se comportent comme les Françaises qui couchaient avec les Allemands pendant l’Occupation », eh ben le lendemain, j’avais 5 000 followers de plus sous Twitter. Bon, c’étaient que des gros cons, mais l’idée c’est pas non plus de passer mon week-end avec eux, hein ? A moins qu’ils aient besoin de moi pour frapper leur salope de femme bien sûr. Ça fait jamais de mal de se défouler.

 

C’était assez malin je dois dire d’appliquer toutes les techniques de troll numérique à la télé, ça a bien marché. Les ingrédients sont connus :

  • un aplomb à toute épreuve (même quand je dis des énormités et que l’on me contredit, je lève toujours les yeux au ciel pour bien faire comprendre quel abruti j’ai en face de moi)
  • un égo qui a du mal à passer les portes (je suis le plus intelligent, toutes les enquêtes d’opinion chez les trisomiques le montrent, pourquoi m’en cacher ?)
  • quand je parle, je vais dans tous les sens (c’est Sarko qui m’a appris ça, ça permet de détourner l’attention et de faire croire qu’on est plusieurs), si on m’attaque sur un point précis – pas dur – je rebondis immédiatement sur un truc qui n’a rien à voir pour déstabiliser l’adversaire (oui, car je ne discute pas, je me bats)
  • la contradiction systématique (car seule moi détient la vérité et je pourfends la « pensée unique »)
  • la liberté (je n’appartiens à personne et à aucun parti) et beaucoup de haine (c’est important la haine, ça fait sérieux et légitime, c’est Marine qui m’a appris ça)

 

Evidemment, tout cela est très fort : en disant n’importe quoi, je ligue tous les représentants du champ médiatique actuel contre moi – et à peu près tout ce qui a un cerveau en état de marche. Ainsi, ils apparaissent tous « unis » et contre moi, le seul à représenter la pensée différente. Je les démasque donc dans leur « bienpensance », ce qui ne veut rien dire mais que je viens de marquer au feutre médiatique en levant les yeux au ciel et en m’agitant sur mon siège. Ça fait plaisir à tous les français qui se disent dégoûtés de la République des « tous pourris » et qui se reconnaissent dans mon attaque de tout ce qui déconne en France. Ce que je dis n’a aucun sens, mais comme je glisse « immigrés » et « pd » dans mes phrases de temps en temps, tous les fachos s’y reconnaissent (et ça fait du monde). Je suis trop fort. Comme je m’admire.

 

Ma prochaine action en tant que conseiller spatial sera de m’attaquer aux accidents de la route. Les statistiques sont mauvaises, on a les associations sur les bras (enfin pas toutes, l’association des donneurs d’organe est plutôt satisfaite d’avoir pleins de matériel à distribuer). Or, j’ai remarqué que 80% des gens bourrés (responsables des accidents de la route comme tout le monde le sait) ont les yeux marrons. Je vais bien trouver une loi pour interdire aux gens aux yeux marron de conduire. De toute manière, c’est moche les yeux marrons (je sais de quoi je parle).

 

Je vous parle même pas des nez crochus.

 

—–

 

Toute ressemblance avec des trolls existants serait, bien entendu, totalement fortuite.

 

Publicités

7 réponses à “Eric Zeslip ou le « décomplexe » du troll médiatique

  1. MOI,JE TE DIS, JE TE CRIE: MERCI ! Tu viens de me soulager d’un truc coincé depuis quelques jours dans la gorge ! Je ruminais en douce, complotais une vengeance, fulminais en tournant en rond, vitupérant contre le suricate ! Ah, me voilà libérée de ma rage ! Tiens je te bise de reconnaissance !

  2. J’te relis, bon tout est parfait mais le truc sur son pif, non, trop facile et surtout ça me rappelle des trucs qui puent !Oui, je pense que c’est fait exprès : tel est pris qui …N’empêche, il serait aussi nocif avec un nez en l’air !On le sait tout les 2, non?
    Bises

  3. Pingback: Mes derniers coups de gueule | Jean-Fabien, auteur sans succès·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s