Fidélités et autres conneries

infidelite

Saviez-vous que « faire long feu » et « ne pas faire long feu » sont deux expressions d’origine totalement distinctes et qui veulent dire strictement la même chose ? La langue française ne laisse pas de provoquer en moi une fascination diffuse mais tenace. On en apprend tous les jours.

Tout cela pour dire que parfois, la réalité objective – pour peu qu’elle existe – échappe à l’intuition et « au bon sens » comme disent les politiciens véreux (*).

 

Prenons le cas de l’infidélité.

On croit souvent à tort que l’homme (au sens large – j’inclus donc Pierre Menès dans le lot) est infidèle, ce que les statistiques confirment assez peu (ils ne le sont pas beaucoup plus que les femmes en tout cas), cependant que l’on traîne une réputation de baiseurs de folie (qui est le connard qui prend ma part ?). Combien de fois ai-je entendu qu’il faudrait mieux se marier avec son chien qu’avec un homme (c’est sûr que si on aime les longues queues poilues…) ?

 

Ainsi donc, la femme serait plus fidèle que l’homme ? C’est à mon avis vrai pour la fidélité à Carrefour (la femme adore cumuler – des points ou des paires de pompes) mais me semble douteux pour le sexe. Et puis d’abord, un homme infidèle l’est bien avec quelqu’un ? Est-ce pire d’avoir une relation sexuelle avec quelqu’un de pris – salope ! –, en prenant le risque donc de briser un couple, ou d’assumer son désintérêt pour sa partenaire en allant voir ailleurs ? Je vous le demande.

 

Personnellement, je pense – et j’ose espérer ne pas être le seul (je hais la solitude) – qu’un homme (ou une femme) est infidèle à partir du moment où son couple ne lui apporte plus entière satisfaction. Je ne parle d’ailleurs pas que de sexe ou de bœuf bourguignon mal cuit, mais de choses plus fondamentales : des perspectives, du rêve, etc.

Pour se rassurer sur son pouvoir de séduction, un homme n’a pas besoin d’aller jusqu’à mettre en danger son propre couple (s’il y tient), il lui suffira de dragouiller la première connasse venue comme il a appris à le faire depuis qu’il s’est mis sur ses deux pattes pour conquérir le monde. Ensuite, rassuré, il rentrera baiser sa femme (sauf si elle est déjà en train de le faire avec le voisin bien sûr, chacun son tour).

 

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Ben, lors de ma dernière rubrique sur Femina, il y avait une question sur l’infidélité à laquelle j’ai répondu en toute sincérité en disant qu’un couple reposait sur la confiance – ce en quoi je crois profondément – et je me suis fait traiter de « naïf » (mon Dieu, j’en ai encore des palpitations).

 

Pour lire la réponse et le commentaire, il suffit de suivre le lien ci-dessous :

http://www.femina.fr/Dossier-Special/Notre-specialiste-des-relations-amoureuses-repond-a-vos-questions

 

et d’aller sur la dernière question

( ou de suivre directement le lien de la question : http://www.femina.fr/Sexo/Amour/Quels-sont-les-indices-qui-trahissent-l-infidelite-chez-l-homme )

 

Bref, votre avis m’intéresse chère lectrice (cher lecteur aussi).

 

Mais, en conclusion et pour me paraphraser, je dirais qu’un homme épanoui – comme une femme – n’a aucune raison d’aller chercher ailleurs ce qu’il retrouve avec joie tous les soirs en rentrant chez lui (et je ne parle pas que d’une bonne blanquette de veau).

 

Voilà, c’était l’article paresseux de la semaine. Mon inspiration a pas fait long feu (ou l’inverse).

 

Moi, je retourne me coucher.

 

—-

 

(*) le pléonasme est une figure de style où l’expression d’une idée est soit renforcée soit précisée par l’ajout d’un ou plusieurs mots choisis qui ne sont pas nécessaires au sens grammatical de la phrase.

 

Publicités

5 réponses à “Fidélités et autres conneries

  1. Arrêtons de généraliser, aucune statistique n’a jamais rien prouvé. Chacun s’en remet à ses propres expériences. Il n’existe pas de recettes, si ce n’est, comme tu le dis, la confiance liée à la complicité.

    • Suis tombé sur une stat qui montrait que, question infidélité, les femmes étaient en train de rattraper leur retard. Evidemment, tout cela est du déclaratif, et on sait comme l’homme aime se vanter 🙂

  2. A part ça, ce ne sont souvent pas les hommes qui demandent le divorce, mais les femmes. L’homme qui est pris la « main dans le sac » préfère essayer d’arranger les bidons (pour conserver son confort?). La femme, elle, souvent artisane de ce confort, se tire vite fait.

  3. Pingback: Hommes – Femmes, mode d’emploi. | Jean-Fabien, auteur sans succès·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s