La rentrée littéraire – faits & chiffres

rentrée

Ben oui, soyons factuels une fois dans notre courte vie (pas en années, mais en cm). C’est vrai que c’est un sacré marronnier, j’ai un peu honte : ça revient en septembre comme les crêpes un mardi gras, mais ça sied parfaitement bien à ma fainéantise personnelle. D’ailleurs, je vais écrire cet article sans le relire, comme un hommage décalé à la langue française et à sa pire parodie que constitue la rentrée littéraire de mes couilles (c’est une expression, elles n’ont pas du tout appris à écrire).

 

Il paraît donc que cette année, on nous inflige 607 nouveautés (enfin, je dis nouveautés mais on a le droit aux éternels Foenkinos – que j’adore ceci dit –, Carrère, etc.), dont 404 auteurs français, et surtout 75 nouveaux auteurs. Qu’ont fait ces derniers pour être ainsi punis et sortir dans ce bordel intégral qu’est la rentrée littéraire ? Mystère et boule de gomme.

Le Centre National du Livre s’est amusé à calculer qu’il faudrait 40 ans pour lire toutes ces nouveautés, ce qui est un peu ballot quand on sait que la rentrée littéraire ça recommence tous les ans (voire plus vite si l’on considère la mini rentrée de janvier). Il faudrait que notre espérance de vie augmente de 39 ans tous les ans pour avoir une chance de finalement lire ces 75 nouveaux auteurs. Quand je vous avais dit qu’ils avaient dû faire une connerie ceux-là.

 

Bizarrement, le nombre de livres à la rentrée littéraire baissait depuis 3 ans, le voilà reparti à la hausse.

Serait-ce le signe d’une fin de la crise ? Les éditeurs anticiperaient-ils un retour de beurre dans les épinards des lecteurs ? Mouais… à mon avis, ils se sont plutôt dits que c’était pas la peine de se prendre la feuille de chou et que comme les livres s’écoulaient bien à cette époque de l’année, autant en profiter (les petits malins).
Que restera-t-il de tout cela en novembre ? Quelques prix littéraires joués d’avance (j’ai pas dit « grugés d’avance », même si j’y ai fortement pensé) et un bon stock de retours à balancer chez les éditeurs qui s’empresseront de mettre tout ça au pilon pour passer très vite au flop suivant. Car ne nous leurrons pas, cette production est tout à fait impossible à faire absorber par un marché littéraire atone et en régression constante depuis plusieurs années.
Cela n’empêchera pas les journalistes de s’extasier devant le nouveau Olivier Adam – ou je ne sais quel auteur établi, désolé Olivier, c’est tombé sur toi cette fois-ci – et qu’on essaiera de nous imposer malgré nous parce que quand-même-si-tu-l’as-pas-lu-bonjour-la-honte, ni les émissions littéraires de recracher en boucle des fiches écrites à la va-vite sur au maximum 20 bouquins parmi les 600 sus cités.

La lumière pour les happy few choisis pas du tout au hasard, mais probablement pas sur leur qualité littéraire, et le pilon pour les autres.

Nothomb que c’est une sorte de passage obligé pour les écrivains qui veulent faire Carrère et c’est ainsi depuis Olivier Adam et Eve. Nous sommes une société du paraître et nous avons atteint l’âge de l’accès (aux loisirs, à la culture). Le simple fait de réfléchir est déjà en soi un acte révolutionnaire, on nous demande juste d’absorber sans grimacer, un peu comme quand, enfant, on nous infligeait la cuillère d’huile de foie de morue.

 

Comme tous les ans, je vais boycotter cette foire à la page imprimée où la place sur l’étagère est plus importante que la valeur d’un mot.
Je sais que tout le monde s’en fout, de ces fausses rébellions comme de ces écrivains « ab-so-lu-ment géniaux » – réincarnations de Marcel Proust au minimum – car c’est une mascarade et personne n’est dupe.
Show must go on.

 

 

 

Publicités

5 réponses à “La rentrée littéraire – faits & chiffres

  1. Gent Sieur,

    Bonjour!

    Ayant découvert votre blog aujourd’hui seulement, je vous demande pardon.

    A propos de [cet article sur] la rentrée littéraire, vous avez entièrement raison!

    Très respectueusement,
    Un écrivain non encore connu du Grand Public.

  2. Pingback: Quoi de neuf cette semaine? (du 01 au 07 septembre) - Catherine Loiseau - Catherine Loiseau·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s