Devenons tous adeptes du phone stacking (mais pas n’importe comment)

phone-stacking2

(suite de l’article Le phubbing)

 

J’avoue que sur le moment, cette pub pour une marque de pizza où tous les convives mettent leur portable hors de portée avait eu un impact limité sur ma pomme. Déjà, pour la simple raison que je ne regarde pas la télévision (donc, je l’avais pas vue), et ensuite car je suis assez hermétique d’une manière générale à toute forme de marketing sur ma personne (du moins, j’essaye de l’être – mon combat nécessaire et quotidien contre la société de consommation qui essaye de nous écraser), même s’il arrive à mes pupilles d’avoir une légère propension à la dilatation dès lors que les femmes se dénudent dans des spots pour les yaourts bulgares ou les déodorants 72h même après un marathon des sables.

 

C’est lorsque le terme phubbing s’est imposé à mon vocabulaire de parisien stressé et psychopathe du téléphone que je me suis alors intéressé à cette nouvelle forme de lutte contre les ondes.

 

J’étais moi-même perdu dans les méandres de mes propres contradictions, globalement insatisfait du comportement de mes connaissances dès lors qu’elles sortaient en société – et jamais à plus de deux centimètres de décrochage de leur mobile –, mais vaguement conscient que j’étais atteint du même mal. Il me fallait donc trouver une solution à ce problème sans quoi la prochaine étape ne pouvait plus être que la greffe d’une puce GSM directement dans le cerveau ou l’achat en avant-première d’une paire de Google Glass.

 

Mais de quoi tu parles Jean-Fab’ ?

 

Je parle de Phone Stacking.

 

What the fuck le Phone Stacking ?

Ouais, c’est ça, what the fuck (et en plus, pourquoi tu l’écris en italiques, y’a trop de vent ?). Ce terme anglosaxon – je dis ça, mais on avait compris que ça venait pas de Serbie – désigne une nouvelle forme de résistance au Phubbing et consiste à pratiquer une sorte de jeu autour d’un repas pour éviter que les convives ne fassent les autistes connectés.

 

Comment jouer ?

Seules les personnes en possession d’un téléphone portable peuvent jouer, de même que seuls des anciens poivrots peuvent aller à une réunion des AA.

Il suffit ensuite que chaque participant mette son téléphone face contre table au centre en faisant une belle tour (si vous êtes plus de 15, avec un peu de chance, vous allez réussir à en péter un).

Personne n’est alors autorisé pendant toute la durée du repas à toucher son téléphone.

Le 1er qui craque paye le repas aux autres.

Si personne ne craque, chacun paye sa part (quelle merde).

 

Ceci n’est pas un jeu de Mikado, il n’y a pas de bonus si on retire son téléphone de la pile sans faire tomber les autres.

 

 

Et alors ?

Ce qui est génial avec ce truc de bouseux, c’est que bientôt, tout le monde va s’y mettre et il deviendra possible de bouffer gratos.

Voici quelques astuces pour bien vous préparer à une soirée Phone Stacking.

 

  • Mangez systématiquement avec vos amis les plus geeks (ou avec les postes les plus élevés – non, laveur de vitres n’est pas un poste élevé). La soirée sera plus chiante, mais l’idée c’est de bouffer gratos pas de s’éclater.
  • Arrivez 10 minutes en retard, ainsi les participants auront déjà essayé de vous joindre et seront en condition d’utilisation de leur mobile
  • Juste avant d’arriver au restau (en retard donc), envoyez quelques sms et emails à tous les convives afin de signifier que « ça y est, vous êtes là ! ». Ainsi, si le jeu a commencé, ils ne pourront saisir leur mobile mais verront à sa lumière ou à sa vibration que quelque chose se passe. Si en plus, vous avez un opérateur un peu lent ou un serveur de messagerie de merde (genre Outlook ou Hotmail), il est probable que vos messages arriveront seulement 5 ou 10 minutes plus tard, mettant les convives dans un niveau de stress insupportables.
  • Equipez-vous des dernières oreillettes bluetooth dernier cri afin de ne pas rater d’appels pendant le repas (ce serait bête) et de Google Glass afin de pouvoir surfer sur internet pendant que vous subirez leur discussion à la noix.
  • Finissez 2048 avant d’arriver au restaurant sinon vous n’y arriverez pas (vous le savez).

 

 

Dernier point : vérifiez bien qu’ils ne connaissent pas ce blog sinon ça risque d’être plus compliqué.

 

Si ça marche, vous me payez une bouffe ?

 

 

Publicités

14 réponses à “Devenons tous adeptes du phone stacking (mais pas n’importe comment)

  1. Génial ! Mais je serai une mauvaise joueuse vu que mon GSM (portable, pour les français) est toujours très loin de moi et que je ne chipote jamais avec lui quand je mange. Non, moi, mon vice à moi (et mon clou aussi), c’est de lire en mangeant (un roman, une bédé, un magazine).

    Pour moi, ce sera un « Book staking » !

    PS: n’ayant pas de smartphone non plus, je risque de faire crouler la pile de téléphone avec le mien qui n’est pas ultra plat 😆

  2. Alors il fat que je trouve des convives à la page pour faire une belle pile … Justement jeudi j’ai un resto de prévu 🙂

      • C’est fait pour celui-là :-). Une sangria mexicaine à tomber par terre pour faire oublier la margharita de notre cher Charly’s qui est inégalée pour le moment.
        Ce sera plus proche pour ce dernier soir … et je ne suis pas sur qu’on connaisse ici le phone stacking. Tu devrais ecrire une petite news pour Ouest France. Ses articles sont si plein d’humour malgré eux :-). Comme cela on sera plus branché maintenant que la box est opérationnelle.
        Et viva le Barrio Latino 🙂

  3. Pingback: Société | Jean-Fabien, auteur sans succès·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s