Sans déconner

sansdéconner

Je pourrais parler de tas de choses aujourd’hui. L’été qui arrive (si, si), mes graines achetées chez Cultura et qui me font dire que les jardiniers sont des sorte de magicien (sinon, comment expliquer mon incapacité à faire pousser de la ciboulette ?), le vol MH370 qui restera à jamais un mystère (le genre sans boule de gomme mais avec 200 passagers volatilisés), la politique nationale (François, Marine et les autres)… mais ce qui me turlupine, c’est l’espèce de mélange des genres, de perte de repères globale qui éclaboussent l’ensemble des communications que l’on voit fleurir ici et là sur les réseaux sociaux (qu’on rebaptisera sous peu les réseaux antisociaux à n’en point douter), même si le terme fleurir est sans doute trop classieux pour caractériser les torrents de bêtise crasse que j’évoque.
On entend/lit beaucoup ces jours-ci – entre autres conneries – l’argument massue selon lequel la presse nous « mentirait » et que, subséquemment, la vérité serait tailleur ou ailleurs, à vérifier avec le costumier de David Duchovny.

A la limite, que la presse dise des conneries, c’est pas non plus le scoop du siècle (il n’y a qu’à lire le moindre article sur un sujet que l’on connaît – si vous n’en connaissez aucun, lisez Closer – pour se rendre compte à quel point la vulgarisation est un exercice périlleux), mais de là à accréditer le moindre site obscur juste parce qu’il n’est pas mainstream, il y a une forme de paresse intellectuelle à la limite de l’escroquerie qui a tendance à me hérisser le poil (manquerait plus qu’on me le caresse dans le mauvais sens et ce serait le pompon).

Ainsi, il suffirait de ne pas être étiqueté « presse nationale » pour être auréolé de la crédibilité du dissident.

Combien de fois ai-je tenté de discuter récemment avec des « inconnus » croisés sur Facebook ou sur des forums et qui me renvoyaient à des articles de site pour lesquels mon ordinateur demandait moult validations (« non mais, t’es vraiment sûr que tu veux aller là ? ») et où, après quelques investigations, l’auteur ne pouvait se targuer d’aucune compétence autre que le fait d’être énervé par la situation actuelle (qui ne l’est pas ?) et trouvait donc sa légitimité dans le fait d’être au diapason de ses visiteurs. Quoi de plus simple que du tuer le messager (la presse) quand le monde dans lequel on évolue ne nous donne pas entière satisfaction (nous qui sommes pourtant tellement formidables – et en rage contre le « système ») ?

 

Le problème pour ces doux illuminés est que chacun est capable de faire ce que l’on appelle des « recoupements » pour se faire son opinion en lisant plusieurs sources « contradictoires », de même que le premier abruti venu peut créer un blog d’opinion (la preuve, même moi j’ai réussi) pour y déverser sa vision du monde.

Ainsi, un article de politique intérieure écrit par Le Figaro sera intéressant à confronter à la version de Libé’, puis à celle – au choix – du Réseau Voltaire ou du Monde Diplomatique.

Malheureusement, il existe quelque chose d’assez têtu que l’on nomme parfois « les faits ». Il paraît même que tout ce qui est autour n’est que perception. Car, comment mieux juger de la véracité d’un évènement que de le confronter aux éléments tangibles et concrets ?

 

Quelques exemples pris au hasard.

 

Il y aurait eu récemment une volonté du gouvernement de promouvoir la « théorie du genre » ? E. Zemmour dit même en direct (de quoi parlerait-on sans cet infatigable abruti ?) que des sympathisants LGBT feraient de la promotion de l’homosexualité dans les écoles (faudra qu’on lui explique d’ailleurs qu’on ne peut pas faire la « promotion » de l’homosexualité, pas plus qu’on fait la promotion de la scoliose ou de l’amour du cassoulet en boîte).

Mince alors. Après lecture du programme scolaire et analyse en long en large et même en travers, pour faire plais’ à Zemmour, de l’ABCD de l’égalité, on voit que c’est pur fantasme, mais ce n’est pas grave, car les nouveaux zélés défenseurs de la morale et combattants de l’ordre des choses établies ont réponse à tout : ce n’est pas dedans mais ça aurait dû y être, c’était le plan du gouvernement. Ben voyons. Et tant qu’on y est, si on n’a pas retrouvé le vol MH370, c’est bien la preuve qu’il est aux mains des terroristes islamistes ou d’une intelligence extraterrestre (à ce sujet, je ne sais plus qui disait : « la plus grand preuve qu’une intelligence extraterrestre existe, c’est qu’elle n’a jamais essayé de nous contacter »).

 

Autre exemple souvent entendu ces jours-ci. Marine Le Pen ne serait pas raciste, c’est une construction des médias.

Bon ben là, il y a tellement de citations, interviews en ligne, stigmatisant les « immigrés », les pauvres, les « fainéants » de chômeurs et j’en passe que toute personne essayant de faire croire l’inverse devrait illico être internée d’urgence pour mauvaise foi pathologique ou aveuglement temporaire.

Le quidam rétorque alors « 25% de gens votent FN, ils ne peuvent pas tous être fachos »… A ce train-là, on va nous expliquer que Levy c’est de la grande littérature…

Malheureusement, quand une entreprise se met à faire du greenwashing, elle ne devient pas amie de la Terre pour autant. On n’arrête pas de polluer le jour où l’on décide d’investir dans la communication, pas plus qu’un parti devient républicain le jour où ses dirigeants arrêtent de dire ce qu’ils pensent.

 

La justice et la sécurité sont des beaux exemples de sujets où l’on a le droit au fameux « débat que l’on refuserait d’avoir ». Le rappel à la loi fait par certains sites (au hasard www.maitre-eolas.fr ) lors de faits divers qui « marquent » l’opinion (sacrée opinion que l’on marque comme on tatouerait le premier bestiau venu) provoque assez vite une réaction attendue (et moult fois entendue) prétextant que la loi est mal faite. Zut alors. Pourrait-on ainsi y faire appel uniquement lorsqu’elle nous arrange ? Cela ressemble de plus en plus à la vision du monde des ploutocrates que l’on exècre par ailleurs… La loi du Far West pour moi, la dureté des contraintes du cadre pour les autres. Décidément, ce « système » que l’on dénonce est vraiment à géométrie variable.
Et le plus beau reste quand même notre fameux amateur de quenelles qui aurait été « anti-système » justement et qui serait ostracisé par les médias. Amusant pour quelqu’un qui essaye de gruger le fisc et passe son temps à faire le buzz pour qu’on parle de lui.

Avec un peu de chance – et considérant que fort heureusement on ne l’entend plus trop ces temps-ci – il était dans le vol MH370. Perdu entre hier et bientôt.

 

Manquerait plus qu’à faire le lien avec les attentats du 11 septembre et la boucle à idiotie serait bouclée.

Une sorte de mouvement perpétuel de la connerie ambiante. Remarquez, ça doit être joli à regarder pour s’endormir.

 

Et puis, faire ça ou compter les moutons…

 

Publicités

6 réponses à “Sans déconner

  1. Excellent! je suis d’ac : trop d’info tue l’info, M.Toutlemonde est sûr d’être le mieux informé et nous balance ses 1000 certitudes. Pfff… moi j’aime plus que les gens qui doutent.

  2. J’ai RIEN compris !!!! Tu divagues, mon cher … Sérieux, c’est quand les vacances, pour toi ? Les ponts de mai n’ont pas été assez conséquents, ni suffisants, je crois bien … 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s