Le monde des Bisounours

bisounours-tueurs

« Quand les gens sont d’accord avec moi, j’ai l’impression d’avoir tort » – Oscar Wilde.

 

S’il y a bien un argument tarte à la crème pas fraîche que j’entends souvent en ce moment c’est bien celui-là : « tu vis dans le monde des Bisounours ».

Dès lors que l’on souhaite se détacher de l’émotion d’une discussion trop impliquante et que l’on assume le choix de ne pas avoir forcément d’avis sur tout, on est automatiquement affublé d’épithètes variés, on est nécessairement appareillé d’ustensiles divers comme des œillères, on se doit de choisir un camp (bordel), mais surtout on ne vit pas dans le même monde que les autres – puisqu’il ne nous touche apparemment pas. Bref, on vit dans « le monde des Bisounours ».

 

Mince alors, moi qui avais l’impression de vivre chez les humains et tout le tralala, il ne m’était encore point apparu que je naviguais sur des arcs-en-ciel et que ma boîte crânienne errait quelque part entre deux cumulo-nimbus.

 

Bon, la tête dans les nuages, honnêtement je plaide coupable. Hier encore, en sortant le linge de la machine à laver, j’ai constaté que la boule à lessive était restée posée sur le dessus de la machine. Pour être plus précis, elle aurait dû rester dessus si les vibrations ne l’avaient faite choir, répandant ainsi ses enzymes gloutons partis à l’assaut de mon carrelage accueillant.

 

Pour l’arc-en-ciel, je sais pas par contre, c’est peut-être parce que je suis sympathisant de la cause gay, ou, pour être plus spécifique, que je ne suis pas opposé au mariage pour tous (qui me laisse à peu près aussi indifférent que le mariage pour personne).

 

Mais intéressons-nous un peu à ces Bisounours, histoire de comprendre l’environnement dans lequel je suis censé évoluer, moi pauvre petit citoyen à l’âme trop tendre.

Outre leur nom complètement con, même si la version canadienne de Calinours n’est pas mieux, on ne peut qu’être jaloux de leur jolis poils tout colorés (c’est qu’il caille un peu là-haut), de leur mignon pictogramme sur l’estomac et de leur mine systématiquement réjouie, genre rien ne m’atteint car je suis un philosophe ultime de la vie (je ne parle pas de Grosgnon, lui fait un peu tâche dans le tableau).

 

A noter que les Bisounours pourraient jouer au foot – ils sont 12 – même si un seul remplaçant est un peu juste, mais bon tant que Benzema n’est pas sur le terrain, il ne semble pas nécessaire de faire permuter Grosjojo ou Grosdodo. Je dis « ils pourraient jouer au foot », mais ils joueraient contre qui ? Cœur-de-Pierre (l’a pas l’air sympa celui-là) va pas faire une équipe à lui tout seul (il s’appelle pas Cœur-de-Bayrou à ce que je sache), même si son assistant Gélatine peut éventuellement être gardien de but (je me demande si les créateurs de CandyCrush ont pas trop fumé de fourrure de Bisounours d’ailleurs).

 

Alors, on croit à tort que tout va toujours pour le mieux dans le monde des Bisounours, mais c’est totalement faux (révélation). Par exemple, cet épisode où Grosfarceur découvre la démotivation dans son milieu professionnel parce qu’il n’arrive pas à faire sourire Grognon. S’il n’avait pas été syndiqué et que les cousins ne lui avaient pas conseillé la cellule de soutien psychologique, on se demande où il serait en ce moment ? Sans doute en train de payer son adhésion à l’UMP, ça fait pas un pli.

 

Ensuite, vous imaginez un peu comment il doit faire chaud sous toute cette fourrure en plein été (surtout que le soleil a tendance à taper velu au-dessus des nuages) ? Ils sont carrément les premiers impactés par le trou de la couche d’ozone et le réchauffement climatique.

 

On croit aussi que le monde des Bisounours est dénué d’enjeux politiques, c’est mal connaître la malice de Cœur de Pierre qui, dans l’épisode 9-A, truque les bulletins de vote pour s’emparer du pouvoir (il aurait dû faire président des Etats-Unis) ou alors cet épisode où ils font un conseil de guerre pour exclure hors de leur territoire un ver géant mangeur de nuage (je crois qu’on cherche un  ministre de l’intérieur les gars).

 

Pas mal d’autres question non résolues dans le monde des Bisounours qui fait qu’à la réflexion – bande de petits malins – on a tout de suite moins envie d’aller y passer les ponts du mois de Mai :

  • Comment ils baisent ?

Sérieusement, déjà c’est 12 mâles, donc t’as intérêt à pas trop être branché vagin, mais en plus j’ai beau regarder entre les cuisses, je vois pas l’ombre d’une zigounette (même s’il faut reconnaître que la fourrure est épaisse et l’ours parfois injustement membré)

 

  • Comment ils bouffent ?

Comme ils sont « au-dessus » des nuages, jamais il pleut. Comment elles poussent les tomates ? Ah, t’y avais pas pensé à celle-là, hein ?

 

  • Qu’est-ce qu’ils boivent ?

Ils ont l’air toujours sobres ces gros connards poilus, c’est carrément louche.

 

  • Comment font ceux qui ont le vertige ?

Pas besoin d’expliquer je pense.

 

  • Comment font-ils quand un Bisounours est mal garé ?

Sans déconner, j’ai pas vu une seule pervenche dans les 15 épisodes que je me suis tapé avec l’enthousiasme d’un acarien qui passe l’aspirateur.

 

J’en ai une malle pleine des comme ça, alors même si le monde des Bisounours est un monde où l’on vit en communauté et où se serrer les coudes velues veut dire quelque chose, j’aimerais bien connaître le connard qui supporterait de vivre plus de deux jours dans cette jungle, sachant qu’en plus Cœur de Pierre essaye toujours de te pourrir la vie – par exemple quand tu fais sécher ton pelage tranquille avec un verre de Pulco citron à la main.

 

D’ailleurs, c’est bien simple, la prochaine fois qu’on me dit que je vis « dans le monde des bisounours », j’oblige le contrevenant à regarder un épisode jusqu’au bout. Je peux vous dire qu’il va souffrir (autant que j’ai souffert moi ce week-end, même si je reconnais que l’épisode 13-A où ils protègent le jardin des bisous est plutôt marrant).

 

Non mais.

 

Publicités

25 réponses à “Le monde des Bisounours

  1. Pingback: Comment ne pas gagner une thune avec sa plume ? |·

  2. Merde alors…. ou plutôt non.. saperlipopette, en langage Bisounours.. on vit dans le même monde alors ?? Tu viens faire une partie de saute-mouton au dessus des arcs en cieux avec moi, Grosnigaud ??
    😉
    Signé : Grosnaïf … mais tu m’auras reconnu(e) !!

  3. Mais oui !! Comment qui baisaient, ces gros poilus ?? Comme les Schtroumpfs, sans doute… veuve poignet 🙄 Je sors et je ne parlerai plus de mes concitoyens qui vivent dans ce monde horrible ! 😀

  4. Pingback: Même les bébés pigeons ont le droit de vivre | Jean-Fabien, auteur sans succès·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s