Critique Anne Stien – Le journal d’un écrivain sans succès

Couverture

Critique – par Anne Stien

Au tout début, on se dit : « Encore un journal style Bridget Jones revu et corrigé version macho ! ».

Au deuxième chapitre, on se dit « Tiens, tiens, c’est du jamais lu ! »

Humour dévastateur, parfois au ras des pâquerettes, mais la ligne d’après vous fait hurler de rire.

On entre tout de suite dans le vif du sujet : milieu professionnel de jeunes cadres informaticiens. Le héros s’exprime lui-même et très vite on l’adopte, il est irrésistible. Il nous promène dans sa vie quotidienne, avec ses pannes d’oreillers, ses soirées bidons, son aversion pour les roux de carnation. On finit par trainer avec lui son boulet, je veux dire Franck, ami de toujours, gaffeur, egocentrique, insupportable !

Dans ce roman construit en deux versions distinctes, en italique, les propos de l’écrivain, dans sa vie quotidienne et le roman proprement dit forcent à exécuter une petite gymnastique des neurones baignés dans la testostérone. On s’habitue aux plans drague, aux descriptions concupiscentes du corps féminin. Le tout emballé, pesé, avec son quota d’humour délirant.

Une tranche de vie plus intérieure qu’il n’y parait. Les amateurs de psychologie en auront pour leur argent même si, même si l’auteur nous entraîne dans ses divagations parfois un peu « dégueu » crottes de nez, odeur des roux etc …

 

Extrait page 22 :

« Je l’avais oublié, celui-là ! L’informaticien typique qui donne une image désastreuse de notre caste.

Quand je l’ai vu pour la première fois, j’ai eu comme un choc anaphylactique, mais sans hypotension associée. C’était la première fois que je voyais un roux aux cheveux gras… En général, ayant conscience du rejet dont ils font l’objet, ils développent des mécanismes de défense qui les amènent plus souvent que la normale à se couper les cheveux très courts, histoire d’insinuer le doute chez les individus différemment capillo-teintés.

         Mais, attention, chez Pierre, le cheveu n’est pas juste un peu gras. Non. Plutôt du genre à assurer la friture mensuelle d’une cantine scolaire martiniquaise. »

 

Je ne vous en dis pas plus. L’écriture est alerte, enlevée. Les personnages bien campés, les situations bien décrites.

Avis très favorable pour ce deuxième roman, après le succès du « Primate ». En préparation, une suite « La perspective du primate ».  Il faudra patienter  jusqu’à l’été 2013 !

 

Anne STIEN

17022013

 

Publicités

2 réponses à “Critique Anne Stien – Le journal d’un écrivain sans succès

  1. Oui !! C’est tout à fait ça ! La gymnastique des neurones !!

    Petit message perso pour l’auteur sans succès : je ne t’oublie pas.. mais en ce moment, je gymkhana un peu trop sur mon propre chemin.. Ca secoue 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s