13 novembre mon cul !

 

Il paraît qu’aujourd’hui c’est la journée de la gentillesse.

 

Ha bon ?

 

On m’a même glissé – à la machine à café – qu’il s’agissait d’une journée qui se déclinait en entreprise. Euh… mais encore ?

 

Comme de la bienveillance au travail.

 

Exemple :

+    « T’as fini ton powerpoint Muller ? »

          Pas gentil

+    « Bonjour Fabien, as-tu, par chance, eu le temps de mettre un point final à ta présentation ? »

          Gentil

 

Bon la suite du dialogue est toujours la même par contre : « je n’aimerais pas avoir à te menacer pour l’avoir ok ? C’est quand même la journée de la gentillesse bordel ».

 

La bienveillance au travail, ça pourrait être ça : mettre les formes.

 

Au lieu de dire « je licencie des gens », on dirait « je fais un plan de sauvegarde de l’emploi » (car supprimer un poste aujourd’hui, c’est éviter d’en supprimer dix demain… ça tombe sur ta gueule ? Ben ouais, il en faut un. D’ailleurs j’admire ton sens du sacrifice).

 

On ne parlerait plus de lutte des classes ou de syndicats, mais on parlerait de « partenaires sociaux » (tous ensemble, tous ensemble), on dirait des choses jolies comme « il faut s’adapter », « on est tous dans le même bateau ». Bon, ok, y’en a qu’en prennent plus sur la gueule que d’autres, y’a pas assez de canots de sauvetage, mais c’est la faute à pas de chance. L’action a chuté de 30% en un an et le patron s’est augmenté de 45% ? Ben oui, mais il a fait ce qu’il a pu, et c’est important de récompenser l’effort (en plus, sans lui, je suis sûr que l’action aurait chuté du double).

 

Donc, mettre les formes, dire bonjour, presser les gens comme des citrons, mais en souriant, en voilà une bonne idée. Au placard les grincheux et les gros cons !

Oui, car je pense qu’on n’évalue pas assez le coût d’avoir des gros cons dans l’entreprise qui parlent mal aux autres et qui te pourrissent une ambiance façon fraise gâtée dans la barquette.

 

Mais je dérive (surtout que c’est pas trop la saison des fraises).

 

Je disais donc aujourd’hui, c’est la journée de la gentillesse.

 

Donc, je vous invite à pratiquer les exercices suivants (très bons pour les maxillaires) :

  • Sourire aux gens (vous pouvez commencer par les filles dans un premier temps, puis étendre aux vieux, et finir par le boucher si vous êtes très en forme)
  • Laisser passer les gens en voiture en faisant un petit signe de la main (non, non, pas le majeur)
  • Dire « bonjour » à tout le monde (oui, oui, même dans l’ascenseur, il faut ce qu’il faut)
  • Ne pas vous énerver (même quand votre connasse d’assistante renverse le café sur votre pantalon propre d’il y a une semaine ou oublie de réserver votre billet d’avion (de toute manière, elle était déjà conne hier, pourquoi s’agacer ?))
  • Finir tous vos mails par cordialement (c’est quand même plus joli que « grosse pute »)

 

 

Vous verrez que ça va changer votre vie.

 

Bon, en tout cas, vous me raconterez, parce que moi j’en suis bien incapable.

 

Mais vous, vous êtes gentils (en plus d’être un peu cons), ça devrait le faire.

 

 

 

Publicités

11 réponses à “13 novembre mon cul !

  1. La journée est bien commencée et pas encore eu beaucoup d’occasion de me faire gentille, gentille. Mais la journée n’est pas finie et ce soir je ne vois que des personnes sympathiques alors c’est facile de montrer sa gentillesse.
    Je te fais un grand sourire, te souhaite une bonne fin de journée, de soirée … plein de beaux rêves d’écrivain. Enfin, j’essaye d’être du côté des gentille et d’envoie mille mots affectueux (je ne peux rien pour ton augmentation, pour le sourire de la boulangère, ni de la crémière … et mets les formes en ce qui concerne ton assistante s’il te plait !).
    J’espère avoir été gentille et pas trop conne 😉

  2. « car je pense qu’on n’évalue pas assez le coût d’avoir des gros cons dans l’entreprise qui parlent mal aux autres et qui te pourrissent une ambiance façon fraise gâtée dans la barquette. »

    C’est clair que Ambiance pourrie + Rythme de travail élévé + Pression + Compression de la masse salariale = Cocktail explosif qui coute une fortune a la securité sociale pour ne parler que de la secu

  3. ouiiiii!!! un respect forçait ,je haie les convenances qui endorment la réalité ,d’un ressenti en découle un fait……et souvent d’un fait des paroles … pas toujours aimable!!hihi moi je ne me force pas!!

  4. Cette fameuse journée de la gentillesse, va savoir pourquoi, me donne plutôt l’envie d’être détestable à souhait……….. Con comme un balai. Le majeur tendu si quelqu’un commet l’impudence de me sourire dans la rue.. et terminer tous mes mails par GP…… (avec un vrombissement de bécane à t’arracher les tympans ??? :-))… Le 13 novembre, pour le bien de l’humanité, il vaut mieux rester couché 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s