Ashley Madison à l’assaut du french lover

Les sites de rencontre ne cesseront jamais de nous surprendre.

Après la création de site pour célibataires exigeants (ce qui est quand même mieux que l’inverse), les supermarchés du sexe où l’on peut adopter un connard, pardon un mec, les applications pour géolocaliser ton prochain plan cul, pardon ton prochain amoureux, et autres sites de recherche par couleur de cheveux, pardon par affinité, voici nos présidents promus évolution ultime du french lover, façon Pokemon du sexe extraconjugal.

Quel marché ?

Encore plus fort que la voiture électrique, le pari en ligne sur le handball ou le sextoy bio (merci Florence), le marché du célibat en France a de l’avenir devant lui. Avec quasiment 20 millions de célibataires (plus fort que le chômage !! plus fort que le bobo parisien !! (l’un n’empêchant d’ailleurs pas l’autre, cf. la nouvelle tendance du bômeur)), et une explosion dans la tranche des 20-34 ans, Paris possède plus de 100 habitants en moyenne par rue abonnés au leader européen Meetic (sans doute beaucoup plus Rue De Vaugirard et beaucoup moins rue des Degrés, mais peu importe), ce qui laisse quand même le choix.

Une fois que je vous ai dit ça, vous vous dites « merde comment que ça se fait que je vais encore manger chez maman le dimanche midi ? ». C’est bien évidemment parce que votre perception est faussée, votre cerveau introduisant un biais (espèce de mal biaisé !) en lisant ces chiffres : vous imaginez tout de suite les 100 célibataires de votre rue à votre goût (blonde avec des gros seins si tu es un homme, brun, ténébreux et buvant du nespresso si tu es une femme). Bon, ben déjà on va considérer que vous êtes hétéro (la majorité sur Meetic), donc il en reste plus que 50 (et même un peu moins pour les femmes, surreprésentées chez les célibataires, allez savoir pourquoi). Ensuite, même si la tranche 20-34 ans est la plus représentée, pour la tranche haute, c’est un peu comme le monopoly, ça peut monter très haut (et je ne parle pas du 7ème ciel, mais bien de la limite de 77 ans (si tu as 78 ans, fais comme moi, gruge sur ton âge)).

Un marché européen très hétérogène et… juteux (ha ha)

Tout ceci nous amène tout de même à un marché européen de plus de 500 millions d’euros. On est encore loin du trafic de drogue, mais la croissance est à deux chiffres.

Il est d’ailleurs amusant de constater de nombreuses disparités culturelles sur le marché de la misère sexuelle en Europe. Certains pays sont adeptes de la gratuité, tandis que d’autres prennent ça comme une insulte (comme le Danemark), l’Allemagne est plus branchée affinités, tandis que la femme italienne refuse de s’inscrire sur un site de rencontre en ligne.

C’est dans ce joli bordel ambiant (ha ha bis repetita) qu’Ashley Madison (site de rencontre extra-conjugales, d’après lui-même) part à l’assaut du marché européen en déclinant par pays une campagne de pub vantant les mérites de nos présidents. L’affiche se passe de commentaires.

Le concept est à peu près clair. A bas l’hypocrisie des hommes mariés obligés de se faire passer pour des célibataires (quelle honte) sur des sites de rencontre, histoire de changer un peu du train train (et surtout de l’arrière train) de Brigitte (à noter que je n’ai rien contre les Brigitte, ni contre les trains d’ailleurs).

Inutile de dire que le marché est énormissime, il est même à peu près clair que cela va faire un carton et que bientôt les célibataires vont se faire passer pour des hommes mariés pour aller baiser sur Ashley Madison sans avoir à se prendre la tête sur la façon la plus élégante de mettre fin à la relation.

La question qui se pose désormais est entre tous ces sites lequel choisir.

Entre site pour célibataire, mais pas vraiment, avec un enfant et/ou ayant envie de tester une aventure homosexuelle, ayant peur de me faire prendre par ma femme (j’aurais plutôt dû dire « chopper », là c’est ambigu), ou à la recherche d’expériences nouvelles mais de courte durée, bref au bout d’un moment, il va falloir faire appel à des arbres de décision voire des intermédiaires pour nous y retrouver.

Après la croissance par le sextoy bio et la rencontre on-line, voici le nouvel eldorado de la croissance chère à Arnaud Montebourg (un nom prédestiné en plus) : courtier en site de rencontre.

Le cul est définitivement l’avenir de la croissance (du PIB).

Publicités

2 réponses à “Ashley Madison à l’assaut du french lover

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s