Des chiffres et pas mal de lettres

La rentrée littéraire, quel ennui.

Bon alors, voyons voir.

646 romans cette année dont 426 français (69 premiers romans, soit quasiment 11% tout de même, ce qui est pitoyable soyons clairs) et 220 romans traduits d’auteurs étrangers.

Dans le passé, ce chiffre a culminé en 2007 (plus de 720 ouvrages) pour entamer une pente douce (701 en 2010 et 654 en 2011).

Ce qui est étonnant, c’est plutôt qu’il n’y en avait que 121 en 2004.

J’avoue avoir du mal à comprendre le concept de rentrée littéraire (et puis, une rentrée sans nouvelle maîtresse, moi j’ai un peu de mal). Qu’est-ce qui pousseraient les lecteurs, perdus entre un nouveau cartable à acheter pour le petit, le rappel du BCG et les lettres d’amour du Trésor Public, à vouloir acheter un livre plutôt qu’un bon stock de Doliprane ?

Mystère et boule de gomme.

Je comprends bien l’impact d’un prix Goncourt sur les ventes de livre, et donc la nécessité pour les éditeurs de présenter les œuvres au public avant la remise des prix (on imagine assez mal l’inverse… quoique… le festival de Cannes fonctionne sur le modèle inverse), mais pourquoi balancer alors quasiment 700 bouquins tous les ans ? J’ai un sérieux doute par exemple sur la capacité d’un Richard Millet à gagner quoi que ce soit, mais je m’égare.

Et bien, tout simplement parce que les français sont des bœufs. Enfin des moutons plutôt. On leur crée un évènement (Saint-Valentin, fête des grands-mères, journée de l’artichaut), et eux, ben ils s’habituent les bougres. Ils s’habituent tellement que la part de CA (le poids en quelque sorte) de la rentrée littéraire dans la vente de roman oscille entre 15% et 20% tous les ans (on croit rêver).

Je vous proposerais bien un boycott de ce bordel, mais à la limite vous faites ce que vous voulez, je suis pas votre maman (et heureusement pour vous, je donne très mal le sein). Je pense personnellement que les bons livres se trouvent plutôt loin de l’agitation (quel dangereux révolutionnaire).

Que retenir alors de tout ce cirque ?

Ben pas grand-chose : des éditeurs qui se battent pour une petite place au soleil et d’hypothétiques prix littéraires (petits arrangements entre amis quand vous nous tenez), des grosses pointures qui se parodient elles-mêmes (on ne citera pas de nom, y’en a pas un pour racheter l’autre de toute manière, ceci dit, il paraît quand même que le dernier Nothomb est vraiment une grosse bouse), des libraires débordés (sourires crispés de rigueur) et un public largué mais content de sortir sa carte bleue (avec un peu de chance, les gens liront même les livres qu’ils vont s’arracher (« vous n’avez plus le dernier Djian ? Ha zut, bon ben je vais prendre le Adam alors »)).

Ha oui, j’oubliais les journalistes (idiots utiles de la culture de masse) aux ordres.

Bref, c’est la rentrée littéraire.

 

Publicités

9 réponses à “Des chiffres et pas mal de lettres

  1. Je cours chez mon libraire ce matin !
    Il est plein de bons conseils et m’a fait découvrir quelques perles rares chez des éditeurs dont personne ne parle.
    Mais chut, je garde tout cela pour moi.
    Et puis, si je ne trouve rien à lire, je viens de recevoir « le » livre attendu depuis des mois, dont personne ne parle, dont l’auteur est un inconnu.
    Bref, du bon temps en perspective (comme dirait notre ancêtre le singe) 😉

      • Remarque, j’ai eu une bonne surprise il y a 3-4 ans. Un roman de Atiq Rahimi : Syngué Sabour. Pierre de Patience. Moi, j’ai bien aimé.
        La célébrité et le tintouin de ces prix n’empêche pas la découverte de certains auteurs (enfin, moi je ne connaissait pas du tout Atiq Rahimi !).
        Mais bien que j’aime Olivier Adam (eh oui, j’ai lu tous ses livres …), je souhaiterai que ces nombreux prix couronnent des premiers romans.
        Ah oui, j’aime aussi Arnaud Caterine …
        Allez, bonnes lectures, quelle que soit l’oeuvre.

    • hello Funky Dew, non même pas. Mais tu as raison, le ton est moins léger, un peu de dépit peut-être, ou de lassitude. Mais ne t’inquiète pas, je vais revenir en forme 🙂 Je prépare quelques articles sur en vrac : les films humoristiques, les sextoys, la guitare et le camping (pas dans le même article, je te rassure !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s