On n’arrête pas le progrès (mais des fois le meurtrier)

Il y avait les pokes.

On savait pas trop ce que c’était d’ailleurs.

Personnellement, je me suis fait poké plus d’une fois, on va pas dire que ça a changé ma vie.

 

Après il y a eu les demandes d’amitié d’inconnus.

J’ai d’ailleurs créé pour rire un faux compte en demandant en amitié n’importe qui, ce faux compte a désormais plus d’amis que moi (le salaud). Il s’auto alimente tout seul en plus, car il est un fait avéré : les faux amis de tes faux amis sont aussi tes faux amis.

 

Après il y a eu la drague facebook (je vous fais pas un dessin).

 

Puis sont arrivés les groupes où on te foutait d’office, même si, pour être tout à fait honnête, tu te carais un peu le fion des violences domestiques ou de la disparation de la couche d’ozone (sale petit égoïste que tu es).

 

Il y a eu aussi pleins d’autres trucs plus inutiles les uns que les autres (la pub ciblée, les évènements, les hoax divers et variés, les demandes de jouer à des jeux débiles, etc.).

 

Mais ça, je l’avais pas prévu.

 

Nous avons atteint une nouvelle dimension dans l’ère numérique.

 

Il va maintenant falloir compter avec le « meurtre facebook ».

 

Quesako ?

 

Une histoire digne d’un roman d’Harlan Coben. Une dispute via les réseaux sociaux. Un contrat de 1000 euros proposé pour assassiner une fillette de 15 ans. Un garçon de 14 ans qui accepte et la tue (dans la vraie vie, où il ne l’avait jamais rencontrée, ni même connue).

Ça nous rassure à peine que ce se soit passé au pays du fromage.

Nous on est le pays du flamby, donc ça va forcément arriver.

 

 

Je vous propose donc quelques nouveaux trucs à tester en attendant :

. Le suicide facebook où tu notes les prestations de tes amis pour le geste final (le gagnant sera l’heureux bénéficiaire d’un magnifique cercueil en sapin véritable)

. La confession facebook où tu avoues tes crimes en direct, celui passible de la plus longue peine de prison est récompensée par une dénonciation à la police.

. La création artistique surréaliste où chacun de tes 5000 amis écrit une phrase et puis à la fin, ça fait un livre.

. La demande de mariage facebook (je vous fais pas un dessin)

. Le dépucelage facebook (nécessite une webcam et un peu d’imagination)

. Le plan à 3 mille facebook (grand appartement requis)

. L’abandon d’animal domestique facebook où tu abandonnes ton chien attaché à une webcam pour que tous tes faux amis puissent le voir crever la gueule ouverte et la truffe sèche (variante : tu postes un indice par jour sur la localisation de la laisse pour laisser une chance au chien)

. La vie facebook où tu t’attaches toi-même à ton ordi et tu te filmes 24h sur 24 en train de manger des chips à l’oignon (sans brosse à dents à proximité)

. L’adoption facebook où tu mets tes fils illégitimes aux enchères virtuelles

. etc. (liste non exhaustive)

 

En tout cas, tout ceci nous a tout de même permis de trouver une utilité à Facebook, à savoir identifier les abrutis (parfois dangereux) plus facilement.

 

C’est déjà pas si mal.

 

Bon là, on est arrivé un poil tard quand même.

 

Publicités

6 réponses à “On n’arrête pas le progrès (mais des fois le meurtrier)

  1. Ah ! les petits mots doux pliés en 16, 24 que l’on glissait sous la table à son copain, à sa copine … Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.
    Pas de texto. Non, pas possible ?
    Pas de face de bouc. Non, pas possible ?
    Mais l’inspiration est là. Vivement un troisième bouquin dont le titre pourrait être « La panne de la webcam et le grand noir sur Facebook – Que sont mes amis devenus ? ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s