Chap. 18 – Ce matin, j’ai pris une claque (2ème partie)

 

Bon il faut que je passe à autre chose (pour ceux qui se demandent pourquoi, il suffit de lire la première partie (bande de gros nazes)).

 

Oui mais quoi ?

 

Ça, c’est ce qu’on appelle une bonne question (du genre « merci de me l’être posée »).

 

Quand je croise ce que je veux faire avec ce que je sais faire, ça donne comme un grand vide (genre intersidéral, perdu au fin fond du système Dagoba).

 

Donc remontons d’un cran : qu’est-ce que je cherche ?

 

Tentatives :

. Le succès (bof, bof, y’a les livres de Neil Strauss pour ça)

. L’argent (mouais… (quoiqu’il paraît que ça ramène des meufs…))

. Montrer à ma mère de quoi je suis capable (non… et puis, ça ne la convaincrait pas)

. Laisser une trace de mon passage sur Terre pour les générations futures (pas mon truc et puis je crois à la réincarnation (j’ai d’ailleurs dû faire des méchantes conneries lors de ma dernière vie))

. Me marrer (oui, cent fois oui !)

 

Soyons clairs : je prends un plaisir fou à écrire, moins à faire des plans d’action et autres business plans.

 

Alors en attendant je blogue, je me répands, j’interagis, je J-F 2.0.

 

Mais est-ce un vrai métier?  Dans quelle catégorie socioprofessionnelle suis-je censé pointer ? Y-a-t-il une nomenclature des activités qui traite de ça ? (est-ce que l’absence de salaire se déclare dans la case AJ ? Quel est mon code NAF (sans parler de mon code NAF NAF, moi qui suis un gros cochon) ?)

 

Et puis comment je me présente en soirée : sans emploi ? Bloggeur ? En inter-contrat ? (pas terrible pour draguer… ceci dit, écrivain, ça marchait pas des masses non plus (ou alors juste deux ou trois secondes… et je sais pas si t’as déjà essayé d’emballer en deux secondes et demi, c’est tendu quand même)).

 

A peine je venais de recevoir mes cartes de visites (Ecrivain – 24/7), il faut déjà que je recommence…

 

Donc l’objectif est maintenant clair, gravé dans le marbre de mes certitudes : se marrer en écrivant, mais sans être écrivain.

 

On avance, on avance.

 

Avant, j’étais écrivain sans bouquin, maintenant j’écris sans être écrivain. Quel bordel.

 

Bon, allez en vrac, sans réfléchir, open mind, brainstorming à un cerveau…

Je pourrais être… je sais pas moi : journaliste au canard enchaîné, dialoguiste façon Audiard, plume d’un candidat à l’élection présidentielle, assistante de direction d’un PDG souhaitant changer son image…

 

Ça en laisse des options. J’ai l’impression d’être une berline allemande, les lève-vitres électriques en moins (mais avec la capote dans la poche arrière).

 

Toutes ces possibilités…

Cet éventail de choix…

Ces embranchements…

Ce panel d’options…

Toutes ces portes…

 

C’est flippant.

 

Je crois que j’ai besoin d’un verre (je sens vraiment que je deviens écrivain là).

 

Publicités

2 réponses à “Chap. 18 – Ce matin, j’ai pris une claque (2ème partie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s