Chap. 1 – Parlons à des inconnu(e)s

J’ai décidé que la première étape à franchir pour atteindre l’autre était de combattre certaines idées reçues totalement absurdes.

Notamment celle-ci : les gens n’ont pas envie de vous parler (ou pire quand vous abordez quelqu’un, on va vous prendre pour un gros lourd (ou une grosse lourdasse)).

J’ai interrogé tous mes amis (hommes ou femmes, ce qui a été vite fait), et je n’en ai pas trouvé un seul (pas UN) qui me dise que si un inconnu venait lui parler, il l’enverrait sur les roses (pour peu que l’inconnu respecte quelques règles minimum de courtoisie (et qu’on ne soit pas trop près d’un bosquet de roses)).

Or, si l’inconnu c’est vous, l’autre l’est forcément aussi. CQFD comme diraient les matheux.

Et finalement, comme première étape, c’est plutôt pas mal. En effet, avant de connaître quelqu’un, il faut lui parler pour la première fois. Bon, je sens que ma méthode est sur de bons rails !

Mission :

Parlez à cinq inconnu(e)s au hasard Balthazar.

Niveau :

Débutants.

Matériel :

Néant.

Objectif :

Montrer que c’est facile crénom d’une pipe !

Idées reçues à combattre :

Les gens sont bien entre eux, ils n’ont pas besoin de vous.

Les gens sont méchants et méfiants.

Les gens n’ont pas envie de vous parler.

Lieu de l’exerice :

N’importe où.

L’idée est de parler de choses anodines (ou pas) à n’importe qui.

Par exemple, vous attendez dans une queue à la Poste. Dites à la fille de derrière (ou celle de devant si elle vous plaît plus, même si là n’est pas l’idée) : « Et dire qu’on pourrait être dehors sous ce magnifique soleil, ça fait réfléchir quant à notre sens des priorités ». Bon Ok, la phrase est un peu longue, difficile de la prononcer d’une traite sans bafouiller. On peut aussi jouer sur la haine du fonctionnaire (une chance sur deux, mais l’autre n’osera pas vous rembarrer) : « c’est bien, ils ont le temps eux ». Ajouter « les veinards » en souriant si vous sentez que votre cible n’est pas réceptive. Le but est de paraître sympathique et d’ouvrir une brèche entre vos deux mondes. L’autre personne est comme vous : elle s’emmerde dans la queue + elle a envie de montrer au monde qu’elle est quelqu’un d’appréciable (que des points communs avec vous finalement).

Autre exemple très simple : demander une cigarette dans un bar (je préfère vous prévenir, ça marche moins bien avec une pipe (allez savoir pourquoi)). Si vous ne fumez pas c’est encore mieux, ça vous donne des idées de réparties débile (« oui, j’ai arrêté de fumer, mais j’ai pas réussi à arrêter de taxer », ou encore « ça me fait plaisir quelque part de savoir que tu auras ton cancer plus tard grâce à moi », sinon en moins glauque « je ne fume pas, mais quand je t’ai vue, je me suis dit que je pouvais bien m’y mettre »).

Vous avez compris le principe : lâcher les chevaux, laissez tomber les préjugés et allez-y gaiement.

Bon, la théorie ça va bien cinq minutes.

Allez les petits gars : sur le terrain !! (et ramenez-moi de la matière, je me vois pas écrire ce blog tout seul, je vous le dis direct)

Je me demande si pour suivre l’avancée de ce projet fabuleux (modéliser la technique ultime de drague en 15 étapes), il ne va pas me falloir un Comité de pelotage…

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ».

Sénèque

Publicités

8 réponses à “Chap. 1 – Parlons à des inconnu(e)s

  1. Bon j’ai essayé. La réponse ne s’est pas faite attendre. Ma copine m’a piqué une crise…. Efficace.
    Merci de ans tes commentaires de bien mentionner les dangers potentiels.

  2. Mince (je reste poli) on n’ai pas à l’abris d’un succès. J’applique scrupuleusement ta méthode (bêtement devrais-je dire) et me voici avec cinq rencards pour ce soir.
    Quand tu dis matériel néant, c’est faux. Prévoir agenda, indispensable.
    Car n’oublions pas qu’on est pas à l’abris d’un succès ou, si tu préfères, cher Jean-Fabien, « quand les dieux sont en colère, ils exhaussent nos voeux ».
    (A quand les déesses en furie ? )

    Conclusion : ta méthode est à manier avec précaution.

    • oui, pas faux le coup de l’agenda. Tu noteras que tu n’en es qu’à la leçon 1, essaye de ne pas griller les étapes non plus. Il ne faudrait pas que tu te retrouves avec une femme dans ton lit sans savoir qu’en faire…

  3. ben… moi, en tant que femme ,je doit avouer que ce qui me porte à répondre à un inconnu se regroupe en 3 points: son regard son sourire et la manière dont il me parle ,le vouvoiement est important et rassurant,il est un courtisant plein de séduction…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s