Chap. 17 – Lancement d’un produit (1ère partie)

Cette nuit j’ai fait un rêve étrange (et pénétrant…).

Mon livre, mon œuvre, mon bébé, ma petite touffe de poils adorée, se pavanait en tête de gondole non pas à Venise, mais à la Fnac.

A la Fnac !

Le temple de la consommation culturelle à la chaîne. Mon lieu préféré de repos lorsque l’enchaînement des réunions au bureau menace de me transformer en zombie lobotomisé, tout juste bon à mouler devant le 20 heures de TF1 ou à faire des powerpoints niveau Comité de Direction Générale (comprenez pas bien brillants).

Mon Dieu, je me mets à délirer complètement depuis que je sais que mon livre est  édité.

Mais quand même, vous vous rendez compte que si une personne l’achète, cela veut dire que je serai écrivain ?

Mon rêve devenu réalité (faites qu’il soit pénétrant lui aussi).

Hier, ma marque naissait, et aujourd’hui, j’ai déjà un premier produit. Ma vie va changer, c’est sûr.

Bon, ok, Jean-Fabien ça fait un peu garçon coiffeur, voire chanteur à la mode façon années 1970, mais j’ai trop investi pour faire marche arrière.

Me voilà propriétaire d’une marque, à moi de la valoriser. D’accompagner intelligemment mon produit (intelligemment… j’espère qu’y a des vitamines miracles pour développer cette capacité inexploitée, j’ai même du mal à l’épeler).

Si je vous dis voiture de sport, vous me répondez : « Ferrari » (bravo les gars !).

Si je vous dis pâtes alimentaires vous penserez « Barilla » (super les gourmandes !).

Si je vous dis lunettes de soleil, ce sera « Gucci » (Bingo les pouffes !) ou « Persole » (bien joué les vieillards !).

(Sont forts ces italiens…)

Et maintenant, si je vous dis « auteur du 21eme siècle » (attention il y a un méchant piège…).

Non ce n’est pas Gian-Flavio… Hé merde.

Une marque est née, point barre, on ne revient pas dessus et tant pis pour les grincheux que ça défrise (depuis quand les grincheux sont frisés Jean-Fab’? (depuis que je suis garçon coiffeur, tiens donc)).

Evidemment, une marque ça vit !

Elle évolue, se régénère sans cesse au rythme de ses produits déclinés par région, réagit aux soubresauts du marché, à l’évolution des cours du pétrole (Hahn).

Un succès et toute la marque s’en trouve renforcée (Pomme Pomme Pomme Pomme… Non, ce n’est pas la cinquième de Beethoven).

Un échec et la marque peut sombrer (UMP par exemple n’a plus qu’un mois de vie, ou si vous préférez Laboratoire Servier ou Attari).

Donc chaque nouveau produit, s’il s’appuie sur la marque, la met aussi en danger.

Sauf que là, pour mon premier produit (« La perspective du primate » (*), c’est sympa de suivre un peu) va falloir la jouer fine, je ne voudrais pas que la marque soit morte avant d’avoir existé…

Bon, tout ça était un cours introductif aux lois du marché pour vous faire percevoir les enjeux. Une sorte de quitte ou double, genre ou tu perds tout ou tu ne gagnes rien.

Lors du prochain cours, on va parler d’un truc fabuleux (mais avec moi, tout a l’air fabuleux) : le cycle de vie.

————–

(*) bon, il y a aussi « Le journal d’un écrivain sans succès » qui est déjà en vente  ici : http://www.paulemike.com/6.html , mais on va éviter de tout embrouiller, c’est déjà assez confus comme ça)

Publicités

28 réponses à “Chap. 17 – Lancement d’un produit (1ère partie)

  1. Bonjour JF,

    Moi, je l’ai acheté le livre de JF et je suis impatiente de le lire.
    Continue à nous régaler de ton humour à travers tes textes, çà fait un bien fou! LOL
    Je t’embrasse,
    Sandrine

  2. T’as raison JF, le lancement du produit, c’est hyper important!
    Je m’entraîne de mon côté: mon record est à 26,73 mètres.
    A combien lancent Nothomb, Levy et consorts?

  3. Tiens, un test à faire demain. Je dois aller chez mon libraire (un vrai, pas la FNAC, un qui lit les bouquins, qui les conseille …). Je vais voir si le grand auteur poilu est dans ma librairie de banlieue ! Si oui, sûr, je l’achète …

  4. Très drôle et très fin, comme d’hab’… Je trouve que Gian-Flavio, ça sonne pas mal, tu devrais y penser, hi hi…

  5. C’est bien ce que je disais. Il fait très beau aujourd’hui. Le ciel est pur. Le soleil tape … Mets-toi à l’ombre pour éviter les coups de soleils 🙂
    Chez moi, j’ai une impression de neige grâce à mon abricotier qui recouvre ma pelouse de toutes ses petites fleurs blanches. Ça virevolte, c’est du plus bel effet.

  6. Attention aux coups de soleil 🙂
    Chez moi, c’est la neige. Mon abricotier est recouvert de toutes ses petites fleurs blanches. Ce virevolte partout. C’est du plus bel effet …

  7. Bonjour Jean Fabien,
    Je viens de terminer votre livre que j’ai lu (presque) d’un trait, (entre mes enfants, mon boulot et mon homme c’était pas gagné). Je tenais juste à vous laisser une petite baffouille d’encouragement : continuez comme ça, je me suis regalee à lire votre prose. Et j’attends avec impatience un prochain opus. (eh oui je suis gourmande). En tous cas au plaisir de vous lire bientôt. Amicalement, Helene (une nnouvelle fan)

      • C’est trop cool ! Je vais donc avidement guetter sa sortie ^^, bon d’accord comme toute fille qui se respecte j’ai ma part de blonde qui s’est exprimée : on m’a dit d’écrire mon nom pour poster, ce que j’ai fait, je n’ai compris qu’à postériori qu’il fallait mettre un pseudo. Mais bon tant pis j’assume ma blondeur intérieure.

        Hélène (la fan en mode Kinder : brune à l’extérieur mais un peu blonde à l’intérieur)

      • ha Kinder, c’est pas le genre « à l’intérieur, y’a une surprise » ? (ceci dit, sacrément dur à ouvrir en général, j’ai des souvenirs émus de mes petits doigts d’enfant qui devaient appeler papa à la rescousse)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s