62 euros

C’est le tarif horaire que Gallimard propose pour vous apprendre à écrire (il me semblait pourtant que c’était plus ou moins gratuit au CP, juste une pomme ou deux à débourser de temps en temps, et encore juste pour les fayots).

Et ils publient après ?

Hé bien non. Gallimard précise bien qu’il est inutile de ramener son manuscrit sous le coude (ou ailleurs). De toute manière écrire est un passe-temps à ranger entre le macramé et le body combat, qu’on se le dise, ils n’ont pas de temps à perdre avec vous (pomper votre fric, c’est la seule chose qui les intéresse).

Bon alors, il est aussi précisé que ça marche par lot de 24 heures, et on peut même choisir la classe de Jean-Marie Laclavetine, le monsieur jeune de chez Gallimard qui se targue de lire tous les manuscrits qu’il reçoit (c’est même pas vrai d’ailleurs, j’ai essayé et c’est son assistante qui a répondu (j’avais pourtant écrit une jolie lettre où je lui disais que j’avais lu dans une interview de lui qu’il lisait tous les manuscrits qu’on lui envoyait et que ça me trouait tellement le cul que j’en avais écrit un bouquin… hé ben, il a pas accroché à mon humour anal)).

Alors, si je compte bien, 24×62, ça fait un peu moins de 1500 euros.

Pour ce prix-là, je peux avoir un lave-linge 6 kg à hublot chez Darty, un escabeau 3 marches Bekväm chez Ikea, additionné à la panoplie complète de Batman chez Déguise-toi.fr. De quoi monter sur mon lave-linge tout neuf pour prendre un bel envol quand même (je vais peut-être prendre le modèle 5 kg pour pouvoir acheter en sus un pouf géant à billes en polystyrène afin d’amortir la chute).
Il devrait même me rester 1,20 euro pour me procurer la meilleure baguette tradition de paris à l’angle de la rue Emile Zola et de la rue du Théâtre, afin de donner une petite touche franchouillarde à mon super-héros masqué.

(Non, non, ceci n’est pas une antisèche à destination des candidats à l’élection présidentielle)

Gallimard ne propose donc pas des cours d’écriture, ou des ateliers créatifs.

Non, non. Eux savent :
– que vous ne savez pas écrire (normal ils ont refusé toutes vos bouses)
– qu’il existe une formule pour écrire un bon roman (ou une bonne nouvelle, ou un bon récit de route, ou un bon guide pour les nuls en ce que vous voulez).

La question qui me turlupine est : vous transforment-ils plutot en Lévy Marc ou en Levi Strauss ? Quitte à choisir, le premier, je préfère l’éviter… (ils donnent des cours de blague aussi ??)

Ha, joie du monde moderne ou pour le prix d’un lot de 4 slips Calvin Klein (ceux avec l’élastique bleu), vous pouvez passer une heure en compagnie d’un grand poète, d’un nouvelliste célèbre, ou d’un superman de l’édition, avec la promesse de vous transformer en écrivain (du dimanche, faut pas déconner quand même).

Tout peut s’acheter désormais, même le talent.

Bon, là on est quand même plus près du cours de tricot que du cours magistral, mais ne boudons pas notre plaisir, c’est pas tous les jours qu’on peut approcher des stars.

Il ne manque plus à Gallimard qu’à créer sa maison d’édition à compte d’auteurs pour récupérer les quelques étudiants frustrés qui sortiront de leur cours du soir, et le tour est joué : un nouveau modèle économique sera né.

Avant, on entubait seulement le lecteur, maintenant, on va aussi presser la ménagère qui rêve de gloire.

Bon, faut que je vous laisse, j’ai mon cours de drague à 17h.

Ah oui, dernier point : pour 19 euros, vous pouvez vous acheter une tranche de bonheur aussi. Ça se passe ici : http://www.paulemike.com/6.html

Publicités

11 réponses à “62 euros

      • mon conseil : un petit jogging matinal suivi d’un bon jus d’orange pressé, et te voilà partie pour la journée !
        (ha oui, et aussi un bon brossage de poils, c’est important l’aspect extérieur)

  1. bravo Jean Fabien, se prennent pour qui ces gars là, de Gallimard.. marre de nous dire qu’on ne vaut rien, qu’écrire c’est juste un passe temps. j’ai toujours écrit, parce que je ne savais rien faire d’autre de mieux, comme les trois quart des gens qui écrivent. or 1 sur 400 000 manuscrits reçus par les éditeurs, sera édité,
    alors disons qu’on a de la chance de faire partie de « l’élite »..même si c’est qu’un seul bouquin dans notre vie, et bien c’est déjà beaucoup.
    pour ma part je n’avais attaqué que les nouvelles (éditées aussi et même primées dans des concours) alors passer au cran supérieur, me fichait un peu les jetons.. d’autant plus que mon histoire est largement autobio et que je ne peux même pas dire à ma mère que j’écris, ni que je suis publiée parce qu’elle voudrait forcément lire mon livre et qu’elle en ferait une crise cardiaque… dur dur .
    oui ingrate est la vie, mais nous avons des armes, des griffes, et nous savons retomber sur nos pieds, comme les chats (je dis ça, mais je sors de 4 mois de clinique pour m’être fracturée le genou, et je rigolais pas tant que ça après l’opération) mais bon, maintenant j’en suis à la phase.. maquette, et « Combien de pas » devrait sortir incessamment sous peu, chez le même éditeur que toi, rappelles moi le titre de ton bouquin déjà..
    là suis à Bandol presque au soleil, sensée travailler, mais je bandole tranquille en regardant pousser les vignes d’en bas.. ce soir j’irai dire bonjour à ma mer.. que j’aime tant celle là et je vais faire des crêpes pour mon blond bandolais qui n’a que 2 ans et pas encore toutes ses dents.
    BONNE CONTINUATION jEAN-FABIEN….
    je suis sure que je vais adorer ton livre…
    Brigitte Lécuyer

    • hello Brigitte ! organisons la résistance !!! alors, depuis la dernière fois, en fait j’ai un 2ème éditeur (Paul&Mike) avec un livre déjà sorti depuis 15 jours, si tu te balades un peu sur le site ou dans la boutique (menu du haut), tu devrais trouver les infos. Le bouquin est pile dans le sujet, ça s’appelle « Journal d’un écrivain sans succès » 😉

  2. 9,50 € une entrée pour le Salon du Livre où j’ai trouvé qu’il y avait moins d’exposant et 62 € pour « apprendre » à être écrivain … Là Gallimard fait fort. Il devrait nous inviter tous gratuitement au salon pour découvrir les nouveaux auteurs (tiens un Jean-Fabien nouveau ?) et nous faire aimer la lecture. Après tout, lire c’est bien aussi.
    En tout cas, un grand réconfort : plein de jeunes, très jeunes, qui dévoraient surtout des mangas, mais pas seulement (je ne parle pas bien sur du pain jambon-beurre avalé assis par terre devant les marchants de sandwiches qui osent les proposer à partir de 6,50 €).
    Attention Jean-Fabien, la concurrence va être rude. Accroche-toi. Nous sommes là pour t’encourager !

  3. Pingback: Le monde de l’édition | Jean-Fabien, auteur sans succès·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s