Philippe Jaenada, un ours en liberté

Pour devenir écrivain, rien de tel que de demander à un vrai écrivain (pas à un loser) comment il faut faire. Accessoirement, cela peut être intéressant de savoir si cela en vaut la peine. Ben oui, écrire un bouquin pour finir par faire des lectures publiques à la fête de la saucisse de Strasbourg, je le sens moyen. Un écrivain en devenir rêve avant tout de gloire (Goncourt, minimum), de luxe et de femmes (notons que l’un va rarement sans l’autre).

La victime du jour : Philippe Jaenada.

Si tu n’avais pas été écrivain, qu’aurais-tu fait ?

Détective, je pense. C’est un peu la même chose en plus sordide et moins utile – donc j’ai choisi la bonne voie.

Le métier d’écrivain est assez merdique (pas de thunes, que des gonzesses à lunettes qui s’intéressent à toi, etc.), un conseil pour les jeunes auteurs à part abandonner ?

Tu plaisantes ou quoi ? Pas de thunes, d’accord, mais les plus belles filles du monde. (Tu as vu les groupies des peintres ?) Donc, à part abandonner, un seul conseil aux jeunes auteurs : continuez, les petits gars.

On entend souvent qu’il est difficile d’être édité pour un nouvel auteur sans être introduit. Qu’en penses-tu (je précise que cette question n’a aucun caractère pornographique) ?

Je pense que c’est vrai, et en même temps, je pense que c’est ce que disent, avec trop de facilité, les gens qui ne sont pas édités. C’est exactement, pour continuer sur les filles, ce qu’on peut dire au lycée ou à la fac : il est difficile de s’envoyer la plus jolie fille du bahut. Ça ne veut pas dire que c’est truqué.

Qu’est-ce que tu lis en ce moment (à part le blog de Jean-Fabien) ?

De vieux polars américains des années 40 ou 50. Rien de meilleur.

Dans ton nouveau roman (la femme et l’ours), je suis assez frappé par les « femmes » que l’on y croise (soit la chieuse qui t’attend à la maison, soit des putes amateurs de jus corporel, j’en passe et des meilleures), aurais-tu quelques comptes à régler avec le sexe opposé ?

Tu es le premier à me dire ça, mais c’est formidablement juste. Evidemment, j’ai des comptes à régler avec le sexe opposé. Pas toi ?

On navigue souvent dans tes romans en se demandant périodiquement quelle est la part de vécu et d’imaginaire dans tes récits, une piste pour nous y retrouver ?

Oui : tout est vrai.

Tu as un style très particulier (on aura noté, entre autres, ton goût pour les parenthèses et la force descriptive de ton écriture), travailles-tu ta « technique » d’écriture ou est-ce que cela vient naturellement ?

Les deux. Je travaille beaucoup (j’écris deux pages par nuit, soit sept heures de travail pour 3000 pauvres signes) pour trouver ce qui m’est le plus “naturel”. C’est difficile, je t’assure, de trouver son naturel. (Je suis certain que tu le sais, d’ailleurs.)

Dans quelles conditions es-tu le plus à l’aise pour écrire ?

La nuit, seul au monde. Ce n’est pas pour faire genre, c’est juste une histoire de concentration. La nuit, tout le monde dort : on peut travailler tranquille.

Quelle est la question la plus con qu’on t’ait jamais posée (mise à part celle-là) ?

Euh… Heureusement qu’il y a la parenthèse (comme quoi, ça sert). Je crois, sans vouloir m’en tirer avec une pirouette (mais en fait, si), qu’aucune question n’est con, puisque toutes appellent une réponse, donc un échange, un contact, un verre à boire ensemble. Même “Quelle heure est-il ?”, c’est moins con que ça en a l’air (ça permet, furtivement, de regarder quelqu’un dans les yeux).

Quelle est la question la moins con qu’on t’ait jamais posée (idem, même s’il y a quand même peu de risques) ?

C’est : “Pourquoi tu écris ?” Et comme par hasard, c’est la seule à laquelle je ne puisse pas répondre. (La poisse.)

Je te laisse libre pour la dernière question de te poser la question que tu souhaites et d’y répondre.

– Je te paie un verre ?

– Oui.

——————-

Ndlr : A ma connaissance, le verre n’a pas encore été bu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s